Nyon (VD)

11 janvier 2012 18:23; Act: 11.01.2012 18:29 Print

Les aînés n'auront plus à s'en faire pour leur toutou

par Caroline Gebhard - Une fondation retrouvera un compagnon aux seniors qui ont perdu leur animal. Elle assurera aussi un avenir aux bêtes délaissées après un départ en EMS.

storybild

Gilles Altwegg, président de la fondation dont l’action débutera sur Vaud dans un premier temps. (Photo: C. Gebhard)

Une faute?

«Cela m’est arrivé souvent d’endormir l’animal d’une personne âgée en me disant qu’elle allait rentrer seule et déprimer». Gilles Altwegg, vétérinaire à Nyon, n’est pas le seul à se préoccuper de ces situations. Les médecins sont aussi régulièrement confrontés à des seniors dépressifs après la perte de leur compagnon. Une présence dont ils préfèrent se priver, «par peur que leur nouveau compagnon leur survive et qu’il soit abandonné après leur décès», explique le vétérinaire.

Avec des amis généralistes et leurs épouses respectives, Gilles Altwegg a donc créé la Fondation Jean-François Kurz, du nom de l’ancien président de la SPA de Nyon. Son but est de permettre aux seniors de retrouver un animal adapté à leur mode de vie et à leur âge et de «leur redonner goût à la vie». La fondation – qui sera opérationnelle à fin février – poursuit également un autre but. La prise en charge des chiens et des chats qui ne peuvent suivre leur maître en EMS. «Ce qui inquiète ces personnes, c’est que leur animal soit euthanasié s’il part à la SPA et qu’il n’est pas replacé». L’entité s’engage donc à trouver un nouveau foyer à ces minets et toutous, idéalement chez un aîné en mal de compagnie.

L’organisme, dont l’action sera bénévole, permettra enfin aux seniors de prendre des nouvelles de leur compagnon. Qu’il s’agisse d’une séparation définitive ou non, puisque les personnes hospitalisées pourront confier temporairement leur ami à quatre pattes à la fondation jusqu’à leur retour à la maison.