Nyon (VD)

21 décembre 2016 07:18; Act: 21.12.2016 08:07 Print

Les parents d'un cancre désavoués en justice

par Christian Humbert - Le Tribunal cantonal confirme la suspension d’un ado perturbateur. Son père et sa mère avaient fait recours.

storybild

Au gymnase de Nyon (photo) comme dans tout autre établissement, courber les cours conduit à une sanction. (Photo: Ph. Martin /24H)

Une faute?

C’est un record au gymnase de Nyon pour un adolescent: cent-trente-neuf absences, dont dix-sept injustifiées et cinq avec excuses refusées. Mais la liste ne s’arrête pas là: quatorze arrivées tardives et treize exclusions de cours. Tous ces manquements ont été relevés par la direction entre le 24 août 2015 et le 6 mai 2016. La direction a sévi contre le jeune de 17 ans, qui avait déjà été averti et sanctionné par le passé. Deux semaines de suspension sont alors prononcées entre les 9 et 20 mai derniers. Mais ce n’est pas du goût des parents.

Ils ont interpellé le directeur puis la cheffe de département, Anne-Catherine Lyon à ce sujet. Les parents du gymnasien connaissaient pourtant le barème des sanctions. Ils savaient également que leur rejeton adoptait une attitude irritante. Après discussion, la sanction a tout de même été modifiée: une semaine d’exclusion et une semaine de travail d’intérêt général. Les parents ont encore jugé ces mesures «disproportionnées». Cela n’a pas été l’avis de la cheffe de département: elle y a ajouté 400 francs de frais. Ils ont alors fait recours au Tribunal cantonal. Cette instance a balayé leurs arguments, car la loi est claire: les cours ne sont pas à la carte. Ils doivent être suivis. Les courber entraîne des sanctions, justifiées pour les magistrats vaudois. Il n’y a ainsi pas eu d’abus contre l’élève récidiviste. Les parents perdants devront payer aussi mille francs de frais de justice.