Suisse romande

28 juillet 2015 06:16; Act: 28.07.2015 07:24 Print

Mistigri choyé à domicile en l'absence de son maître

par Caroline Gebhard - De plus en plus de propriétaires font appel à des petsitters durant leur vacances. Une alternative aux traditionnelles pensions.

storybild

Durant l'été, les gardiens se déplacent le plus souvent pour prendre soin de chats. (Photo: dr)

Une faute?

Qui donnera ses croquettes à Gribouille pendant qu’on se dorera la pilule sur la plage? Certains maîtres se posent encore la question à la veille de boucler leurs valises, à en croire les annonces qui fleurissent sur le net pour dénicher un petsitter. Alternative aux pensions, le gardiennage d’animaux à domicile est devenu tendance. Tant et si bien que les petsitters réguliers passent d’une maison à l’autre, cet été, pour remplir les gamelles, essentiellement de minets.

«Les personnes qui réservent maintenant, je les refuse», indique Sabrina Clostre, qui officie sur Genève. A Yverdon-les-Bains (VD), Elisabeth Descamps a troqué son emploi d’ingénieur pour celui de petsitter depuis le 1er juillet. Et elle affiche déjà un taux de remplissage de 70% pour cet été: «Tous les jours, je reçois des appels.» Nathalie Girod, qui veille sur les chats, les rongeurs et les poules de la Broye, se dit également très sollicitée: «J’ai des clients qui ne partaient pas en vacances ou qui s’adressaient à leurs voisins. Au bout d’un moment, ils n’osent plus...» Il arrive aussi que le veilleur présumé se désiste: «Tout à coup, le voisin dit non et les gens se retrouvent coincés», indique une gardienne neuchâteloise. A ce moment-là, les pensions affichent souvent complet, sans compter que certains maîtres se refusent à y envoyer leur protégé pour ne pas bouleverser leurs repères. Lorsque les petsitters réguliers ne sont plus disponibles, reste les retraités et étudiants qui proposent leurs services sur des sites spécialisés.