Lausanne

14 mars 2013 14:22; Act: 14.03.2013 15:20 Print

Un «Harlem Shake» en faveur de la Syrie à l'EPFL

Une centaine de personnes ont participé jeudi à un «Harlem Shake» sur l'esplanade de l'EPFL à l'occasion du deuxième anniversaire de la révolution syrienne.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Tous les participants portaient un masque d'Anonymous, hormis l'un d'entre eux qui portait celui de Bachar al-Assad. Dans un premier temps, ils sont restés immobiles sauf la personne masquée en président syrien. Puis, tous se sont mis à danser, comme le veut un «Harlem Shake». S'il n'y a pas eu de revendications, le but de l'événement était de «remettre la Syrie au-devant des préoccupations», a expliqué à l'ats Ilias Panchard, coorganisateur et ancien étudiant de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Est-ce la bonne méthode alors qu'un «Harlem Shake» est «un truc marrant à la base», se demande toutefois un internaute sur Facebook? «Oui», répond Ilias Panchard qui s'est déjà mobilisé pour cette cause dont «on ne parle plus tellement» aujourd'hui. De plus, le phénomène «Harlem Shake» peut prendre parfois une tournure politique, comme on le voit en Egypte ou en Tunisie, selon lui.

(ats)