Auschwitz

24 novembre 2011 18:10; Act: 25.11.2011 14:48 Print

Un instituteur vaudois choque des juifs

Un enseignant, qui avoue avoir une certaine admiration pour Adolf Hitler, a «trouvé marrant» d'être pris en photo avec une boîte de «nasi» goreng devant l'inscription «Arbeit macht frei».

Voir le diaporama en grand »
Bernard Junod, enseignant à l'école primaire Floréal, à Lausanne, a perdu son emploi à la suite d'un cliché posté sur Facebook. Dans une lettre datée du 28 novembre, la Direction générale de l'enseignement obligatoire (DGEO) annonce à Bernard Junod qu'il est licencié suite à son comportement lors d'une visite organisée par la CICAD à Auschwitz. Par son comportement, l'instituteur a «rompu le lien de confiance nécessaire» à la poursuite de sa collaboration avec le DGEO. Bernard Junod est accusé d'avoir gravement contrevenu à ses obligations professionnelles telles que décrites à l'article 50 de la loi sur le personnel de l'Etat de Vaud. Le fonctionnaire aurait aussi contrevenu aux articles 4 et 73 de la loi scolaire du canton de Vaud... ... ainsi qu'à l'article 124 («Devoir de fidélité et de discrétion») du Règlement d'application de la loi sur le personnel de l'Etat de Vaud. Le 23 novembre 2011, Bernard Junod avait «trouvé marrant» de se faire prendre en photo avec une boîte de nasi goreng devant l'inscription «Arbeit macht frei» à l'entrée du camp de concentration d'Auschwitz. Il a expliqué avoir voulu faire «une bonne blague» lors d'une journée de formation continue consacrée à la Shoah organisée par la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation). Bernard Junod s'était présenté aux dernières élections fédérales sous les couleurs du Mouvement citoyens vaudois (MCVD). Sur le profil Smartvote qu'il avait rempli, il avait aussi fait part d'une certaine admiration pour «Mein Kampf» d'Adolf Hitler. Jeudi 24 novembre, Bernard Junod a confirmé à «20 minutes» qu'il apprécie ce livre qui parle de «quelqu'un qui est parti de rien pour arriver au sommet»... Vendredi 25 novembre, Bernard Junod assumait moins ses goûts et avait rectifié son profil politique qui était en ligne depuis plusieurs mois... Membre du Mouvement citoyens vaudois (MCVD), candidat notamment au National ou aux dernières communales, il affirme avoir été sanctionné parce que l'on veut «étouffer une personnalité publique».

Sur ce sujet
Une faute?

Bernard Junod (34 ans) risque de se souvenir un moment de sa visite, mercredi 23 novembre, à Auschwitz, en Pologne. Ce prof d'école primaire vaudois s'y est rendu en compagnie de quelque 120 autres collègues et de 60 élèves à l'occasion d'une journée de formation continue consacrée à la Shoah organisée par la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation). Alors qu'il était à l'entrée de l'ancien plus grand camp de concentration et d'extermination du IIIe Reich, il a décidé de réaliser une photo décalée. Celle-ci pourrait lui coûter un blâme, voire son boulot.

C'est le journal «Le Temps» qui s’est en premier fait l’écho du cliché posté sur le mur Facebook privé de l'enseignant et candidat malheureux du Mouvement citoyens vaudois (MCVD) au Conseil national. Sur celui-ci, on aperçoit Bernard Junod hilare. «Même si je suis enseignant, j'aime encore faire des blagues d'étudiant! J'ai trouvé marrant de poser avec un emballage de nasi goreng à cet endroit», explique Bernard Junod, contacté par «20 minutes».

«Je me sens moi-même juif!»

Et de préciser: «Je ne suis pas négationniste et cette photo qui a été repérée par un journaliste du «Temps» sur mon mur Facebook n'avait rien de politique. Je suis juste un provocateur. Ma grand-mère maternelle était juive et, si elle était encore en vie, aurait sans doute trouvé l'image sympa. Je me sens d'ailleurs moi-même juif, même si je ne suis pas circoncis et si ma mère est devenue catholique. Et finalement, je me suis moqué des juifs en étant juif comme Jamel Debbouze se moque des Arabes en étant Arabe ou un Noir se moque d'un autre Noir».

Secrétaire général de la CICAD qui organisait le voyage en Pologne, Johanne Gurfinkiel explique au «Temps» ne guère goûter à l'humour de Bernard Junod et être tombé des nues: «Je suis atterré par cette photo, d'autant plus que M. Junod était un des participants à notre voyage annuel. Sur place, il m'a plutôt semblé bouleversé par la visite du camp. Je ne comprends pas ce qui lui est passé par la tête. J'ai pris contact avec lui pour lui faire part de notre stupéfaction et de la nécessité, pour lui, de s'expliquer et de s'excuser.»

Il admire le parcours d'Adolf Hitler

Jeudi en fin d'après-midi, Bernard Junod avait retiré l'image controversée de son mur Facebook et il y avait posté un message indiquant regretter une «blague de mauvais goût». Il priait les personnes offensées de bien vouloir l'excuser. Enseignant dans le canton de Vaud, il préparait aussi jeudi une lettre pour la Direction générale de l'enseignement obligatoire afin de tenter d'expliquer sa blague malheureuse. «J'ai un peu peur pour mon poste», confiait-il. «A titre personnel, je n'aime pas ce qui s’est passé et une procédure est en cours pour statuer sur son cas», a expliqué Alain Bouquet, directeur général de l'enseignement obligatoire vaudois.

A relever que Bernard Junod n'en est pas à son coup d’essai en matière d'humour «borderline». Lorsqu'il a rempli son profil Smartvote dans le cadre de ses activités politiques, le militant du MCVD avait indiqué que sa lecture préférée était «Mein Kampf» («Mon Combat», en français), d'Adolf Hitler, et que son musicien préféré était Richard Wagner, artiste apprécié aussi des nazis. Concernant «Mein Kampf», Bernard Junod a confirmé à «20 minutes» qu'il apprécie ce livre qui parle de «quelqu'un qui est parti de rien pour arriver au sommet»...

(gco)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John Doe le 24.11.2011 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut on vraiment rire de tout ?

    il paraît qu on peut rire de tout... visiblement pas encore... bien que l attitude de cette enseignant soit puerile ( ce qui est comprehensible quand on côtoie des jeunes tous les jours) je pense que les proportions prisent par cette blagues sont plus que disproportionnée... À chacun sa sensibilités mais à chacun son humour également.

  • M&Ms le 17.01.2012 12:28 Report dénoncer ce commentaire

    Deux poids deux mesures

    Ah, mais quand Freysinger traite les Musulmans d'attardés mentaux il ne se fait pas licencier de son job d'enseignant... Même quand il fustige les musulmans avec des propos que l'on pourrait qualifier d'incitation à la haine raciale. Le deux poids deux mesures est tellement flagrant... La puissance d'un certain lobby n'est pas à remettre en cause !

  • Mako le 25.11.2011 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    Du calme et cessez de délirer.

    Moi ce qui me fait bien rire, c'est qu'en voyant la photo je n'avais pas compris le "Nasi Goreng", d'ailleurs on y voit que dalle car c'est écrit trop petit. Je n'ai que vu le "Arbeit macht Frei" et le "Asia" de l'emballage... et je continue à trouver ça marrant, le clin d'oeil aux chinois qui bossent nuit et jours dans leurs usines. Parce que pour eux malheureusement le travail ne rend pas libre. Il n'y a absolument aucune allusion aux juifs, il faut arrêter de retourner la m...de là où il n'y en a pas.

Les derniers commentaires

  • Bruno Massard le 17.01.2012 19:07 Report dénoncer ce commentaire

    Une veste pour Lyon

    Il faut plus voter pour Anne-Catherine Lyon, elle est la Cheffe du Département de la formation et de la jeunesse, donc aussi responsable dans cette affaire. On a bien licencié le directeur d'une banque au cause d'un petit tradeur ...

  • Paulo le 17.01.2012 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il y as préméditation...

    Une blague débile, c'est une chose... une blague débile prémédité, c'en est une autre... Il y est allé en emmenant l'emballage dans la poche...

  • M&Ms le 17.01.2012 12:28 Report dénoncer ce commentaire

    Deux poids deux mesures

    Ah, mais quand Freysinger traite les Musulmans d'attardés mentaux il ne se fait pas licencier de son job d'enseignant... Même quand il fustige les musulmans avec des propos que l'on pourrait qualifier d'incitation à la haine raciale. Le deux poids deux mesures est tellement flagrant... La puissance d'un certain lobby n'est pas à remettre en cause !

  • MitchLeColon le 17.01.2012 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    plus insignifiant que mauvais...

    D'autant que c'est super léger comme "mauvaise" blague... un vieux jeu de mot sur le mot "nasi"... c'est peut-etre de mauvais gout pour certains, mais il ne fait pas non plus l'apologie de la solution finale... y a quand meme une certaines victimisation désolante d'un coté... et quand Israel tue à gaza, on ne s'offusque pas de la meme manière... le deux poids de mesures classique...

  • Henri Dunant. le 17.01.2012 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Plus que stupide.

    Cette photo est une horreur. Un prof est censé savoir de quoi il parle. Lui ne le sait pas. Le photographe est tout aussi idiot à mon sens. Licenciement largement mérité.

    • Didier le 17.01.2012 11:32 Report dénoncer ce commentaire

      Mais non mais non

      Bien sûr que si, il sait de quoi il parle, sinon pourquoi il y emmènerait ses élèves? T'as jamais fait de blagues débiles peut-être?

    • Boyka le 17.01.2012 12:25 Report dénoncer ce commentaire

      Facho

      on fait pas de blague pareille c nul et c surtout bien fait pr sa gueule facho!

    • Eric le 17.01.2012 12:33 Report dénoncer ce commentaire

      rire oui mais avec intelligence

      Sauf, que dans ce lieu ce genre de gag est mal choisit !

    • Lola Clyde le 17.01.2012 12:49 Report dénoncer ce commentaire

      Mais si mais si

      *Henri Dunand, je partage entièrement votre avis.

    • Kobal le 17.01.2012 16:49 Report dénoncer ce commentaire

      C'est nul c'est vrai

      Je suis d'accord le lieu est mal choisi. Mais une remontrance ou un avertissement suffirait à mon sens. On se demande qui est l'extrémiste dans ce cas de figure!!! Faut pas non plus grossir l'évènement plus qu'il ne le mérite. Là ça devient vraiment risible. Il aurait fait une blague à la noix dans une église, par exemple, est-ce que la punition aurait été la même?