Vaud

07 décembre 2017 12:19; Act: 07.12.2017 14:01 Print

Un futur professeur de l'EPFL accusé de viol

Trois anciennes étudiantes américaines de Franco Moretti ont témoigné des agressions sexuelles qu'il aurait commises.

Franco Moretti devrait enseigner à Lausanne dès le premier semestre 2018.

Sur ce sujet
Une faute?

Le professeur italien Franco Moretti a déménagé depuis peu en Suisse. Engagé par l'EPFL comme «senior advisor» à la Direction du Collège des humanités, il doit donner ses premiers cours, début 2018.

Mais l'homme âgé de 67 ans est aujourd'hui rattrapé par des accusations de viol, d'agression et de harcèlement, rapporte le journal «Le Temps». Une première femme a partagé son histoire via Facebook le 5 novembre dernier. L'Américaine Kimberly Latta raconte avoir été «opprimée, harcelée et violée» entre 1984 et 1985 alors qu'elle fréquentait les bancs de l’Université californienne de Berkeley.

Dans ce message remis également à l'Université de Stanford où Moretti a enseigné, Kimberly Latta explique que son ancien professeur l'a agressée sexuellement à plusieurs reprises. Ce spécialiste des Lettres modernes l'aurait aussi menacée de ruiner sa carrière si elle parlait. La jeune femme a alors 25 ans et arrête ses études pendant cette année, relate «Le Temps». Elle a ensuite mené une carrière de psychothérapeute et d'écrivaine.

A la suite de ce témoignage, deux anciennes étudiantes ont à leur tour accusé Franco Moretti d'agressions. Les faits remonteraient à 1995 et 1997 respectivement lors d’un séminaire d’été au Dartmouth College et à l’Université John Hopkins. Aucune des trois femmes n'a porté plainte.

L'EPFL a expliqué au «Temps» que le professeur et frère du réalisateur Nanni Moretti a été engagé en 2015, mais n'a pas encore enseigné. Il est prévu qu'il donne des cours en 2018 dans le cadre du Master en humanités digitales.

De son côté, Franco Moretti se défend de toutes les accusations. Dans un e-mail au «Temps», il indique avoir entretenu «une brève relation consentie avec Madame Latta». Il a précisé qu'il se réservait le droit de riposter par «les moyens appropriés».

(akh)