Malik Bentalha

10 avril 2018 16:59; Act: 10.04.2018 17:13 Print

«J'aime séduire, même si ça aboutit rarement!»

par Marine Guillain - Le rôle d'Eddy Maklouf a été écrit exprès pour son interprète, Malik Bentalha. Coup de fil à l’intéressé.

storybild

Lhumoriste sera bientôt de retour sur scène. (Photo: dr)

Une faute?

Dans ce nouveau «Taxi», l'humoriste et comédien de 29 ans joue le neveu du célèbre chauffeur Daniel Morales (Samy Naceri, absent de ce 5e opus). Un gars qui lui ressemble...

Eddy est plutôt peureux. Et vous?
Je suis très peureux! J'ai peur des bestioles, surtout. Et même si ça fait cucul, j'ai peur du regard des autres.

Eddy peut avoir la voix très haut perchée. Et vous?
Quand je monte dans les aigus, c'est pour accentuer la comédie. C'est une marque de fabrique que j'utilise sur les plateaux de cinéma, pas dans la vie de tous les jours.

Eddy est maladroit. Et vous?
Je suis supermaladroit. En fait, ce personnage est beaucoup inspiré de moi, on a accentué mes traits de caractère mais je m'y retrouve beaucoup. Je suis très gauche et j'aime beaucoup cette facette-là au cinéma, ce côté Pierre Richard.

Eddy ne sait pas conduire. Et vous?
Absolument pas! Bon, j'ai mon permis, mais je n'aime pas spécialement conduire, ça me fatigue. Et il faut être vigilant, surtout à Paris. Vous avez déjà fait le rond-point de l'Etoile? C'est une mission!

Eddy est un grand sentimental. Et vous?
Pareil, tous les jours, romantique... le charme berbère! Vraiment, j'aime bien séduire, même si ça n'aboutit que très rarement! Je suis un Roméo des temps modernes...

Et puis, Eddy est quand même un peu con...
Totalement! Enfin bébête plutôt, premier degré. Moi je suis un peu naïf, sympa... mais pas si con!

La bande-annonce de «Taxi 5»:

Assez parlé de votre personnage! En regardant «Taxi 5», on a l'impression que vous vous êtes beaucoup marrés sur le tournage. C'est exact?
Oui, mais il fallait aussi se concentrer. On se marre quand le travail est validé, mais ce n'est pas que de la comédie, c'est une comédie d’action: il y a des cascades, c'est très risqué, il faut être attentif… La comédie, c'est sérieux malgré tout.

Dans quelles scènes fallait-il faire particulièrement attention?
Durant les courses-poursuites, j'étais le copilote et je me retrouvais avec des chauffeurs professionnels à rouler à 250km/h. Pour moi qui n'aime pas la vitesse… Je préfère la lenteur, j'aime bien la lenteur moi.

Vous serez bientôt aussi à l'affiche d'une autre comédie, «Le Doudou». Prévoyez-vous de revenir à la scène de théâtre?
Alors je suis très fier d'avoir fait ces deux films que j'adore, mais je remonte bientôt sur scène, oui. Je serai en tournée partout en France en avril-mai, puis de nouveau à partir d’octobre et après je ne m'arrête plus!

Un nouveau spectacle donc?
Oui, il s'appelle «Encore». Je vais parler de mes expériences au cinéma, de la mode du sans-gluten, des salles de sport, des émissions TV... et de la France.

Vous baignez dans la comédie et l'humour depuis un bout de temps: jouer le rôle d'un mec supersérieux dans un film dramatique, ça vous tenterait?
Totalement, mais c'est des questions de moment et de rencontre. Là pour moi ce n'est pas le moment, je veux vraiment me concentrer sur la comédie.

En 2012, vous aviez déclaré dans une interview à «20 minutes»: «J'adore la Suisse. C’est un pays extraordinaire: vous êtes beaux, cool, épanouis et bien rangés. J'ai presque envie d’enlever mes chaussures quand j'arrive en Suisse»...
J'étais marrant avant! En fait, je le pense toujours: quand on vient en Suisse, on dirait que vous n'avez pas de problèmes. J'ai hâte de revenir, je vais finir par m'y installer si mon comptable accepte...