«Le sens de la fête»

03 octobre 2017 16:50; Act: 03.10.2017 16:06 Print

Quand faire la fête devient un casse-tête

par Catherine Magnin - Avec «Le sens de la fête», Eric Toledano et Olivier Nakache signent un film presque parfait.

Une faute?

Voilà trente ans que Max (Jean-Pierre Bacri) organise des banquets. Ça ne l'empêche pas d'être tendu comme un string le jour où il doit mettre en place une soirée de noces en costumes dans un château du XVIIe siècle. Il faut dire qu'il n'est pas aidé par le photographe pique-assiette (Jean-Pierre Rouve) dont personne ne voit plus l'utilité à l'ère des smartphones. Ni par le DJ (Gilles Lellouche) qui frime à l'italienne mais ne connaît guère le répertoire demandé par la belle-maman. Encore moins par les serveurs (dont Vincent Macaigne), souvent improvisés et indisciplinés, qui rechignent à porter la perruque. Et puis il y a le homard qui pue, les plombs qui sautent, le marié aussi imbuvable que son discours, la visite d'un inspecteur du travail, j'en passe et des meilleures...

La nouvelle comédie troussée par les réalisateurs d'«Intouchables» et «Samba» confirme leur savoir-faire. Mise en scène ultra­pro d'une soirée qui devrait l'être aussi, «Le sens de la fête» est une mécanique bien huilée, franchement amusante, mais qui ne surprend pas tant que ça quand tout part en c... On aurait bien aimé savoir ce que ça aurait donné si le film avait lui aussi perdu sa belle maîtrise.