«Premier contact»

06 décembre 2016 17:10; Act: 06.12.2016 17:11 Print

Apprenez le langage alien

par Catherine Magnin - Raconter de manière originale la rencontre avec un extraterrestre: une mission réputée impossible réussie haut la main par «Premier contact».

Sur ce sujet
Une faute?

Mais qu'est-ce que ces énormes menhirs surgis de l'espace, planant à quelques mètres du sol? Des vaisseaux extraterrestres, bien sûr. Comment ­entrer en contact avec leurs ­occupants? C'est là qu'interviennent Louise (Amy Adams), linguiste, et Ian (Jeremy Renner), mathématicien. Ces deux experts vont pénétrer dans l'un des vaisseaux, où l'attraction terrestre ne fait plus loi, et rencontrer des créatures d'un type inédit, tentaculaires, gigantesques, et qui s'expriment par... jets d'encre!

Le travail de Louise et Ian? Décrypter cette écriture, éviter les ambiguïtés, découvrir les intentions des aliens. Ce qu'ils découvrent les laisse baba (et le spectateur avec eux).

«Premier contact», c'est «Rencontres du troisième type» avec une alternative ­diablement poétique aux mythiques cinq notes de musique. C'est aussi «Interstellar» sans casse-tête. On plonge certes en plein paradoxe temporel, avec une héroïne qui a oublié le passé du futur de son présent. Mais le message passe de manière plus instinctive que raisonnée. Ce que le ­réalisateur canadien Denis Villeneuve traduit de manière quasi sensorielle. Et ça marche! On sort de «Premier contact» avec l'impression d'avoir compris ce qui se passait, sans arriver à trouver les mots pour l'exprimer. Une belle leçon de langage... cinématographique.