«Blade Runner 2049»

03 octobre 2017 16:00; Act: 03.10.2017 16:00 Print

Touche pas au film culte!

par Catherine Magnin - Trente-cinq ans après «Blade Runner», de Ridley Scott, Denis Villeneuve lui donne une suite un peu trop... trop!

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un message qu'il leur a adressé, Villeneuve demande aux journalistes de ne pas dévoiler les détails du scénario de «Blade Runner 2049». Sincèrement, vous dire plus que l'essentiel, que l'officier K (Ryan Gosling) chasse des réplicants moins sophistiqués que lui, et qu'il lui faut retrouver Deckard (Harrison Ford) pour sauver sa propre peau? Ce serait bien le comble: c'est, avec le suspense sur la nature de Deckard, ce qu'il y a de mieux dans «Blade Runner 2049»!

Denis Villeneuve compose des plans plus beaux les uns que les autres. Et comme le rythme est très lent, au point qu'on a le temps de compter presque chacune des quelque 9700 secondes du film, on a le temps de voir comme c'est beau. C'est sombre, la société de 2049 étant plus mal en point encore que celle de 2019 dans «Blade Runner». La musique composée par Hans Zimmer est sombre aussi, écho grésillant à la mélancolie qui faisait le charme envoûtant de la partition de Vangelis. Tout ça laisse tout loisir de réfléchir sur des thèmes impossibles à développer ici sans trahir le voeu de Villeneuve.

Les critiques (américains) crient au chef-d'œuvre. La curiosité des fans fera le reste: sûr, «Blade Runner 2049» va cartonner. Et dire que l'excellent précédent film de science-fiction de Villeneuve, «Premier contact», a fait un flop...