Agenda

22 novembre 2017 07:30; Act: 22.11.2017 07:52 Print

Par ici toutes les sorties ciné de ce 22 novembre

par Catherine Magnin - Quels films sortent en Suisse romande cette semaine? Réponse ici, avec toutes les bandes-annonces en prime.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

«A beautiful day», de Lynne Ramsay:
Retrouvez notre critique ici


«Madame», d'Amanda Sthers
Retrouvez notre critique ici


«Battle of the sexes», de Jonathan Dayton et Valerie Faris:

Deux semaines après la sortie de «Borg/McEnroe», voici que «Battle of the Sexes» revient sur un autre duel de tennis. Moins mythique que la finale entre le Suédois et l'Américain sur gazon anglais, le match qui opposa, en 1973, Billie Jean King, 29 ans, (Emma Stone) à Bobby Riggs, 55 ans (Steve Carell'), était riche de bien plus d'enjeux. Au-delà du contraste spectaculaire entre la championne engagée et le vétéran fanfaron, toute la crédibilité du mouvement féministe, qui réclamait une égalité de salaire, était sur la sellette. Hélas, courtcircuité par une thématique lesbienne, le film de Dayton et Faris s'achève sur un score hollywoodien très consensuel. Victoire au... divertissement. **


«Marvin ou la belle éducation», d'Anne Fontaine:

Marvin n'a pas eu une enfance facile. Brimé à l'école comme dans sa famille (il s'appelle Bijou, il est roux, on le traite de pédé, ce qui n'est pas faux mais il n'ose se l'avouer), il aurait pu céder à la résignation. Quelques rencontres déterminantes avec une prof judicieuse et des mentors audacieux vont le pousser à tirer le meilleur de son malheur. Devenu adulte, Marvin (Finnegan Oldfield) transcende la quête de son identité en en faisant une pièce de théâtre... Avec pour thèmes centraux l'acceptation de son orientation sexuelle et l'expression artistique, «Marvin ou la belle éducation» ressemble un peu à un concentré des thèmes chers à Guillaume Gallienne. En plus percutant. Et servi par une magnifique direction d’acteurs. ***


«Flatliners - L'expérience interdite», de Niels Arden Oplev:

Qu'y a-t-il après la mort? Pour le savoir, une étudiante en médecine (Ellen Page) provoque son propre arrêt cardiaque. Ce qu'elle va ramener de l'au-delà n'est pas rassurant... En 1990, Joel Schumacher réalisait un «Flatliners» resté dans les mémoires pour ses stars en devenir, Kiefer Sutherland, Julia Roberts, Kevin Bacon, Oliver Platt. Désolée pour les interprètes de ce pâle remake, mais il a peu de chance d'en faire autant. **


«Le Brio», d'Yvan Attal:

Enfant des cités, Neïla (Camélia Jordana) rêve de devenir avocate. Mais dès son premier jour d'uni, elle se heurte à un professeur odieux, expert ès provocations (Daniel Auteuil). N'empêche qu'il va la préparer à un concours d'éloquence... Cinquième long métrage de fiction réalisé par Yvan Attal, «Le Brio» n'arrive pas à la cheville de son pendant documentaire, «A voix haute», dispo en DVD. **


«Buena Vista Social Club: Adios», de Lucy Walker:

Réunis en 1996 pour un album, puis une tournée, puis un doc signé Wim Wenders, les musiciens cubains du Buena Vista Social Club n'étaient alors pas de première jeunesse. Lucy Walker raconte la suite de leur parcours, ponctué par la disparition d'Ibrahim Ferrer, Compay Segundo, Ruben Gonzalez... Les aficionados seront tout émus. ***


«Le vénérable W.», de Barbet Schroeder:

Le bouddhisme, religion de pacifisme, de tolérance, de non-violence? Pas sûr, à la vision du portrait, par Barbet Schroeder, du vénérable W, moine influent d'une Birmanie à 90% bouddhiste. Le doc qui lui est consacré est une plongée édifiante dans une islamophobie qui fait froid dans le dos. ***


«1917: La vérité sur octobre», de Kathrin Rothe:

Que faisaient les penseurs, poètes, avant-gardistes comme Gorki ou Malevitch tandis que les bolcheviks prenaient le pouvoir en Russie? Le sujet pourrait barber, et finit pourtant par titiller notre curiosité. La faute aux échos plus que positifs qui précèdent cette coproduction helvético-germanique réalisée notamment en papiers découpés.
Pas vu.