«Bienvenue en Suisse»

05 juin 2018 16:23; Act: 05.06.2018 16:23 Print

Accueillir neuf migrants ou payer une amende?

par Marine Guillain - Sabine Gisiger met en lumière une bataille sur l'asile qui a divisé un village suisse allemand en 2015.

Une faute?

Oberwil-Lieli, vous connaissez? C'est l'une des communes les plus riches d'Argovie. En 2015, elle a fait les titres de la presse nationale et internationale quand son maire, le conseiller national UDC Andreas Glarner, a préféré payer 290 000 fr. d'amende au canton – montant prévu en cas de refus d'une collectivité de participer à l'asile – plutôt que d'accueillir neuf réfugiés, nombre défini par la clé de répartition cantonale. Ceci alors qu'ils étaient 1 million à chercher refuge en Europe, dont 40 000 en Suisse. Une fronde villageoise s'est levée contre la décision et la bourgade de 2200 âmes s'est retrouvée scindée en deux, jusqu'aux urnes.

Présenté l'été dernier au Festival de Locarno, «Bienvenue en Suisse» de Sabine Gisiger (rien à voir avec le «Bienvenue en Suisse» de Léa Fazer avec Vincent Perez et Emmanuelle Devos) suit sur quatre saisons le conflit qui a perturbé la quiétude des habitants d'Oberwil-Lieli: assemblées générales, débats au Grand Conseil, voyage du maire dans des camps de réfugiés, le tout ponctué d'images d'archives en lien avec les migrations.

Ce doc au style bien carré bien droit sert à capter la complexité de la situation, les paradoxes et les avis des uns et des autres. Il reflète non seulement le fonctionnement de la démocratie helvétique en temps de crise migratoire, mais aussi le fossé qui ne sépare pas qu'un village, mais tout un pays.