Cinéma

21 avril 2017 16:32; Act: 24.04.2017 10:53 Print

Le festival Visions du réel a ouvert ses portes

La 48e édition de Visions du Réel a débuté vendredi à Nyon. Pas moins de 36 films projetés sont des productions ou coproductions suisses.

Une faute?

Visions du Réel accueille les amoureux du cinéma et les professionnels du milieu documentaire pour la 48e fois cette année. Sur les 179 films sélectionés au programme, pas moins de 36 sont des productions ou coproductions suisses. Parmi ces réalisations, le nouvel opus de Manuel von Stürler.

«Que signifie voir?»

Cinq ans après «Hiver nomade», un road-movie plusieurs fois récompensé sur la transhumance hivernale de deux bergers, Manuel von Stürler présente «La fureur de voir», un captivant travail sur la vue. Le cinéaste de 48 ans se mesure cette fois à sa propre histoire: depuis l'enfance, il est confronté au risque de cécité.

Le spectateur se place quasiment dans les yeux de l'auteur, et accompagne Manuel von Stürler lors de ses discussions avec les médecins, les chercheurs ainsi qu'avec ses compagnons d'infortune. Il élabore un film profondément personnel et s'adresse à chacun de nous en se demandant: qu'est-ce que voir ?

Afrique et élections américaines

Outre «La fureur de voir», trois autres films suisses concourent dans la catégorie longs métrages. Avec «Adieu à l'Afrique», Pierre-Alain Meier revient au Sénégal sur les traces d'une jeune Italienne qui a perdu la vie sur un bateau de migrants africains. Le producteur met sa propre histoire en perspective et se penche sur les rapports complexes entre l'Europe et l'Afrique francophone.

Dans «A Campaign Of Their Own», Lionel Rupp suit un activiste américain partisan du démocrate Bernie Sanders. Avec «Retour au Palais», l'ancienne chroniqueuse judiciaire Yamina Zoutat revient au Palais de justice de Paris et, au fil d'anecdotes et de fragments d'histoires, fait le portrait d'une abstraction, la justice.

La section Helvétiques propose d'autres productions suisses, dont «Non ho l'età» sur l'immigration italienne en Suisse ou encore «Widerstand Brockenhaus» sur des brocanteurs bernois.

Alain Cavalier honoré

Visions du Réel s'ouvre officiellement vendredi avec la première suisse d'une émouvante comédie documentaire de la chilienne Maite Alberdi. «The grown-ups» raconte l'histoire de quatre quadragénaires atteint du syndrome de Down qui aspirent à plus de libertés que ne leur offre l'institution dans laquelle ils vivent.

Sur les 179 films au programme de cette 48e édition, 105 seront projetés en première mondiale et 25 en première internationale, c'est-à-dire qu'ils n'ont jusqu'ici été montrés que dans leur pays d'origine. Le cinéaste Alain Cavalier recevra le Prix Maître du réel. Ses «Six portraits XL» seront dévoilés en première mondiale.

Cette 48e édition sera la dernière du directeur artistique Luciano Barisone. Dès le mois d'août, il passera la main à Emilie Bujès, 36 ans, adjointe à la direction artistique du festival.

(nxp/ats)