«Deadpool 2»

15 mai 2018 18:41; Act: 15.05.2018 18:45 Print

Le plus cool des antihéros peaufine son humour trash

par Marine Guillain - Si vraiment il faut encore se voir un Marvel, c'est l'irrévérencieux et très décalé «Deadpool 2» qu'il faut choisir.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est reparti pour un tour! Après avoir botté les fesses de quelques dizaines de gros ­méchants armés, Wade Wilson, alias Deadpool (Ryan Reynolds), arrive presque à l'heure au dîner anniversaire de sa rencontre avec sa chérie Vanessa (Morena Baccarin). Ils s'offrent des cadeaux, se promettent de fonder une famille... et se font attaquer par une autre ­poignée de gros ­méchants armés. Vanessa y laisse sa peau et Wade ne pense plus qu'à la rejoindre dans l'au-delà. Un souhait difficile à réaliser lorsqu'on est immortel...

A défaut de mourir, Deadpool se donne pour mission de pro­téger un jeune mutant d'un soldat qui voyage dans le temps (Josh Brolin). Il retrouve l'homme en acier Colossus, le chauffeur de taxi indien Dopinder ou encore la boudeuse Negasonic.

Exit le politiquement correct! Comme son prédécesseur, «Deadpool 2» ne se ­refuse aucune punchline graveleuse et blague de mauvais goût, tandis que volent les corps décapités ou démembrés éclaboussés de sang. Mieux encore: l'univers Marvel est sans cesse tourné en dérision, tandis que l'infatigable Deadpool se révèle féministe. Il décide de renommer les X-Men, qui s'appelleront désormais les «X-Force».

Le scénario ne casse pas des briques et les effets visuels ne révolutionnent pas le genre, mais il faut l'admettre: en pleine overdose Marvel, le film déjanté de David Leitch («Atomic Blonde») et son doigt d'honneur à la bienséance font du bien.