Agenda

14 mars 2018 07:09; Act: 14.03.2018 15:26 Print

Par ici toutes les sorties ciné de ce 14 mars

par Marine Guillain et Catherine Magnin - Quels films sortent en Suisse romande cette semaine? Réponse ici, avec toutes les bandes-annonces en prime.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

«Tomb Raider», de Roar Uthaug
Retrouvez notre critique ici

«Tout le monde debout», de Franck Dubosc

Quand un concours de circonstances fait passer Jocelyn (Franck Dubosc) pour paraplégique, ce dragueur invétéré n’y voit qu’un moyen de séduire sa nouvelle voisine. Qui lui présente sa sœur Florence (Alexandra Lamy)... et sa chaise roulante. Au lieu de lever le voile sur son imposture, Jocelyn s’enfonce dans le mensonge... Pour son premier passage derrière la caméra, Franck Dubosc a le mérite de tordre le cou à quelques a priori sur le handicap, mais sa mise en scène n’a rien de génial. Le comédien ne se départit pas de ses tics (va-t-il finir par se décrocher la nuque, à force de se retourner sur les filles?). C’est bien dommage, car le comique s’avère convaincant dans le drame. Plus que sa partenaire, Alexandra Lamy, dont le sourire béat finit par agacer. **

«Et au pire on se mariera», de Léa Pool

Elle a une tronche, Aïcha (Sophie Nélisse, vue dans «Monsieur Lazhar» et «La voleuse de livres»)! Elle est aussi agressive que paumée, marquée par une relation fusionnelle qu’elle a entretenu avec son beau-père. Quand l’ado tombe amoureuse d’un «vieux», qui la voit comme sa petite sœur, c’est l’orage dans son cœur... Le sujet d’«Et au pire, on se mariera», de la Canado-Genevoise Léa Pool, percute. Le problème, c’est qu’il est traité maladroitement (la scène du coup de foudre ou le choix de la chanson «Aïcha» de Khaled frisent le ridicule), et que c’est parfois surjoué. Ah oui, et gare à l’accent québécois, il faut s’accrocher! **

«Un nouveau jour sur terre», de Peter Webber, Lixin Fan, Richard Dale

Un grizzli qui semble danser en se grattant le dos à un arbre. Le bond d’un singe, d’un guépard, d’un pingouin. Ralentis et gros plans. Si vous avez aimé «Un jour sur Terre» (2007), cette suite devrait vous combler. Sa bande-annonce est de toute beauté, la lumière fabuleuse. Grâce aux dernières technologies (prises de vue sous-marines et nocturnes, image par image), le film emmène le spectateur au plus près de la nature, mais apparemment sans évoquer les menaces qui planent sur elle. Pas vu.

«Song of Scorpions», d'Anup Singh

Le cinéaste Anup Singh, établi à Genève, raconte l’histoire d’un amour tortueux au Rajasthan, d’une vengeance et d’un chemin vers la rédemption. Pas vu.

«Chien», de Samuel Benchetrit

C’est grâce à «Chien» que Samuel Benchetrit et Vanessa Paradis se sont mis en couple. Dans ce film montré à Locarno en 2017, un homme soumis (Vincent Macaigne) finit par se prendre pour un chien.... Ça promet! Pas vu.

«November», de Rainer Sarnet

«November» se déroule dans la campagne du XIXe siècle. Il mélange surréalisme et folklore venu d’Estonie, pays qui ne produit que six films par an. Pas vu.

Et encore...

Quatre œuvres seront projetées samedi dès 13h30 à la salle du Cinématographe de Montbenon (Lausanne), dont «Le Carrosse d’or» de Jean Renoir et «Le goût de la cerise» d’Abbas Kiarostami. Ce marathon est organisé par Les amis de la Cinémathèque suisse, qui aident la fondation à mettre en valeur son patrimoine culturel.