«A la dérive»

03 juillet 2018 16:02; Act: 03.07.2018 16:02 Print

Perdus en plein Pacifique sans espoir de secours

par Marine Guillain - Spécialisé dans les scénarios catastrophe, Baltasar Kormakur s'est inspiré d'un véritable naufrage pour «A la dérive».

Une faute?

Une tempête terrible. Tami (Shailene Woodley) se réveille blessée sur un voilier à moitié détruit, à la dérive. En panique, elle cherche son fiancé. Retour en arrière. La voyageuse débarque à Tahiti et rencontre Richard (Sam Claflin), un jeune homme qui navigue en solitaire. Ils tombent amoureux et décident de convoyer ensemble un bateau à travers le Pacifique.

«A la dérive» s'inspire de l'histoire vraie de Tami Oldham et Richard Sharp, confrontés en 1983 à l'ouragan Raymond sur leur voilier de 13 mètres. Un scénario inspirant pour le réalisateur et navigateur islandais Baltasar Kormakur, qui a l'habitude de partir de catastrophes réelles pour réaliser des films en mode survival («Everest», «Survivre»).

Dommage, le film sombre dans un pathos fatigant. La faute à des dialogues plats et à de trop nombreux flash-back, qui veulent renforcer inutilement le côté dramatique en encensant l'histoire d'amour naissante entre les deux aventuriers insouciants. L'épilogue, lui aussi, manque cruellement de subtilité, avec une succession de plans qui insistent sur ce qu'on a déjà compris. L'alchimie entre les deux acteurs, qui tiennent la barre avec brio, maintient de justesse l'embarcation à flot. Sauvés!