«Life - Origine inconnue»

18 avril 2017 17:10; Act: 19.04.2017 14:16 Print

Quand le miracle de la vie tourne au pire cauchemar

par Catherine Magnin - C'est dans les bons vieux vaisseaux qu'on fait les meilleures histoires d'aliens. La preuve avec «Life – Origine inconnue».

Une faute?

Cela peut arriver demain: six membres d'équipage de la ­Station spatiale internationale récupèrent des échantillons récoltés sur Mars. Ils isolent une cellule dormante, dosent oxygène, carbone et glucose, et assistent, ébahis, à l'éclosion d'une vie extra-terrestre. Mais vie rime-t-elle avec conscience? Et conscience avec bienveillance?

Ces embryons de réflexion attendront: la créature grandit vite en appétit, en intelligence et en hostilité. Le Dr Jordan (Jake Gyllenhaal) et ses collègues doivent réagir pour survivre et empêcher la créature d'atteindre la surface de la Terre. Dans quel ordre de priorité?

La suite? Recette connue! Les humains se font bouffer ou se sacrifient, flottent dans une prison volante aux sas pas si étanches que ça, osent des sorties dans l'espace et jouent au chat et à la souris avec le corps étranger. Tout cela, dans «Life», n'est ni exempt de défaut, ni foncièrement original. Mais la mise en scène des ingrédients prend forcément le spectateur aux tripes... Ah, le phagocytage à la mode alien, miam miam!

Pour son 1er film tout américain, le Suédois Daniel Espinosa signe un passe-temps exemplaire, à savourer en attendant «Alien: Covenant», de Ridley Scott (le 10 mai), suite de «Prometheus» et préquel du mythique «Alien, le huitième passager».