«Au poste!»

10 juillet 2018 21:56; Act: 10.07.2018 21:56 Print

Tête-à-tête jubilatoire entre un flic et son suspect

par Marine Guillain - Maître de l'humour absurde, Quentin Dupieux, alias Mr. Oizo, signe un polar irrésistiblement hilarant!

Sur ce sujet
Une faute?

«Au poste!» s'ouvre sur un homme en slip rouge qui dirige un orchestre au milieu d'un champ. Une voiture de police passe, les agents se lancent à sa poursuite et l'embarquent au poste. Là, le commissaire Buron (Benoît Poelvoorde) est en plein interrogatoire. Fugain (Grégoire Ludig) a eu le malheur de découvrir un cadavre au pied de son immeuble et est devenu le suspect No 1, c'est pour ça.

Connu sous le pseudo de Mr. Oizo dans la musique electro, Quentin Dupieux est le pro de la fantaisie ­décalée au cinéma («Steak», «Rubber», «Réalité» et bientôt «Le Daim», avec Jean Dujardin et Adèle Haenel). Il signe avec «Au Poste!» un huis clos façon pièce de théâtre, où l'absurde s'immisce dans la banalité. Car au milieu de dialogues improbables totalement maîtrisés et d'événements inattendus (de la fumée s'échappe du poumon du zélé Buron), Fugain est le mec le plus normal du monde, capable d'expliquer de manière logique – et ennuyeuse – pourquoi il a fait sept allers-retours (ou va-et-vient) la nuit du meurtre, c'est pour ça.

Malgré un twist final légèrement facile, l'humour loufoque, toujours mesuré à l'opposé des comédies surjouées, est jouissif. Les rires entendus dans la salle le prouvent, c'est pour ça. A noter encore que le rappeur Orelsan est au casting.

Pour vous donner une idée du style Dupieux, voici quelques bandes-annonces de ses précédents long métrages:

«Réalité», avec Alain Chabat, sorti en 2015:

«Rubber» (2010), l'histoire d'un pneu serial-killer:

«Steak», avec Eric et Ramzy, sorti en 2005: