Athlétisme

14 septembre 2017 10:03; Act: 14.09.2017 12:24 Print

«Je veux que les gens voient ce qui m'est arrivé»

Le champion du monde du 800 m Pierre-Ambroise Bosse a mis un terme à sa saison à la suite d'une violente agression à la fin du mois d'août. Il raconte l'attaque à «VSD».

Sur ce sujet
Une faute?

Le 27 août dernier, Pierre-Ambroise Bosse a été agressé sur le parking du casino de Gujan-Mestras, son club formateur près du bassin d'Arcachon, où il a été licencié une quinzaine d'années. L'athlète a eu 18 jours d'incapacité totale de travail (ITT) et a souffert de multiples fractures au visage. Quelques jours après son passage à tabac, il avait d'ailleurs annoncé qu'il mettait un terme à sa saison.

Dans le magazine «VSD», il se confie sur cette agression. Pour interpeller l'opinion, l'athlète a choisi de transmettre au magazine une photo prise juste après les faits. On le découvre le visage ensanglanté et la mâchoire déformée à la suite d'une double fracture. Il avait d'ailleurs failli perdre un oeil dans le drame. «Je veux tourner la page de ce passage à tabac odieux et injuste. Je veux aussi que les gens sachent et voient ce qui m'est arrivé», a-t-il confié à «VSD». Sur Facebook il a précisé que l'argent tiré de la vente de ses photos sera reversé à une association de protection de l'enfance.

«Je rentre chez moi, je veux dire sur les terres de mon enfance, dans le bassin d’Arcachon, pour y retrouver ma famille et mes amis (...) Ce soir-là, j’ai l’esprit fêtard. En passant devant le casino de Gujan-Mestras, je décide d’y faire une virée. Dans la boîte, je suis reconnu. Je mesure ma popularité nouvelle, les gens, les filles, toutes sortes d’admirateurs veulent faire des selfies», explique l'athlète, qui décide de quitter les lieux vers 4h du matin.

«Un direct monumental»

En ce qui concerne l'agression en tant que telle, il livre sa version des faits sur ce qui s'est passé à la sortie de la discothèque. «Le temps d’ouvrir la portière, de mettre le contact, un petit groupe m’a rejoint et entoure la bagnole. Personne n’est vraiment agressif, tout le monde est sans doute un peu bourré. En tout cas, ils m’empêchent de partir. Je baisse la vitre. Je vanne gentiment et j’enclenche la première. La voiture commence à rouler tout doucement et là… je me prends une vilaine claque en pleine figure. J’ai laissé la vitre ouverte. Je sors, parce que, quand même, il y a des limites, et je me prends un direct monumental. Je tombe, sonné, je vois des pieds me frapper au visage, une avalanche de coups de pied, un truc de malade (...) Je m’évanouis.»

C'est finalement une de ses connaissances qui a conduit l'athlète aux urgences, vers 5h30 du matin. Souffrant de multiples fractures au visage, le médaillé de Londres a craint un moment pour son œil et a dû tirer un trait sur sa fin de saison.

Samedi Pierre-Ambroise Bosse avait indiqué à Angers qu'il allait «beaucoup mieux». «Ça va beaucoup mieux. Je ne ressemblais pas à ça il y a deux semaines. Les choses, en surface, se sont résorbées assez vite parce que le corps humain, quand on est en forme, il bosse», avait expliqué l'athlète âgé de 25 ans, en marge du DécaNation qu'il a suivi en spectateur auprès de sa famille.

(cga)