Voile-Route du Rhum

31 octobre 2014 19:13; Act: 31.10.2014 19:22 Print

Un Suisse parmi les 91 marins en lice dimanche

Un nombre record prendra dimanche à Saint-Malo le départ de la 10e Route du Rhum, cap sur Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Parmi eux figure le Genevois Alan Roura.

storybild

Le skipper genevois Alan Roura est au rendez-vous de la grande classique des mers. (Photo: AFP/Jean-francois Monier)

Une faute?

La magie a une fois de plus joué à plein: quatre ans après la victoire de Franck Cammas avec son trimaran géant Groupama 3, les concurrents n'auront jamais été aussi nombreux à participer à cette course quadriennale de 3542 milles (théoriques/environ 6560 km), née en 1978 et devenue au fil des ans LA transat en solitaire de référence. En 2010, précédente année record, 85 navigateurs avaient quitté la ville corsaire et ses frimas automnaux pour rallier la douceur antillaise.

Cette année, les 91 concurrents se répartissent en cinq catégories: les Ultimes (multicoques de plus de 60 pieds, au nombre de 8), les Multi50 (multicoques de 15,24 m/11), les Imoca (monocoques de 18,28 m/9), les Class40 (monocoques de 12,18 m/43) et les Rhum (monocoques et multicoques «historiques«/20).

Les plus rapides, dans la catégorie Ultime, ambitionnent de succéder à Cammas (9 jours et 3h14') mais aussi de battre le record de la course, établi en 2006 par Lionel Lemonchois en 7 jours et 17h19'.

Le plus jeune skipper sera le Français Paul Hignard (19 ans) et le plus âgé une légende vivante de la voile, le Britannique Robin Knox-Johnston (75 ans). Sir Robin avait remporté en 1969 le Golden Globe Challenge, la toute première course autour du monde en solitaire et sans escale.

Le grand public a, comme à chaque départ de «Rhum», envahi Saint-Malo et les organisateurs avancent le chiffre de 2 millions de personnes entre l'ouverture du village, le 24 octobre, et le départ de la flotte. Dimanche, les spectateurs seront massés sur la côte entre la Pointe du Grouin et le cap Fréhel, lorsque retentira le coup de canon lançant à 13h le sprint transatlantique.

La présence de «monstres» comme Spindrift 2 (40 m de long/Yann Guichard), le plus grand bateau de la course, rendra le passage de la bouée du cap Fréhel particulièrement «chaud» en raison des multiples embarcations de spectateurs qui s'y massent traditionnellement dans une aimable pagaille.

(leo/ats)