Basket

07 novembre 2017 10:16; Act: 07.11.2017 10:16 Print

Jurkovitz: «Le 3x3 reste un sport d'été à mes yeux»

L'ailier de Fribourg Olympic évoque l'avenir de la discipline qui sera au menu des JO en 2020 à Tokyo.

storybild

Natan Jurkovitz (à droite), lors d'une rencontre de Swiss Basketball League SBL entre Vevey Riviera Lakers et Fribourg Olympic.

Une faute?

Natan Jurkovitz est à 22 ans le plus jeune membre du Team Lausanne, qui a décroché une belle 7e place dans la récente finale du World Tour 3x3. L'ailier de Fribourg Olympic évoque l'avenir de cette discipline, qui fera son apparition dans le programme olympique en 2020 à Tokyo, dans un entretien accordé à l'ATS. «Le 3x3 reste un sport d'été à mes yeux. Mais il est en plein développement», lâche-t-il.

Quel sentiment vous anime après la finale du WorldTour, dont vous avez pris la 7e place avec le Team Lausanne ? «A tête froide, nous avons réalisé quelque chose d'incroyable. Nous ne nous attendions vraiment pas à obtenir un tel résultat lorsque nous nous sommes retrouvés cet été. C'est un honneur, une fierté d'avoir fini au 7e rang. Et ce sans avoir réellement pu nous entraîner. Nous avons eu très peu de temps pour nous préparer ensemble. Nous sommes dispatchés dans toute la Suisse (réd: il vit à Fribourg, Westher Molteni à Lugano, Gilles Martin à Lausanne et Marco Lehmann à Zurich), et c'est très dur de se voir.»

Avez-vous senti une progression durant cet été? «Nous avons gagné en expérience entre le début de l'été et cette finale du World Tour. Mais nous avons perdu notre quart de finale (réd: face aux Slovènes de Piran) avant tout car nos adversaires jouent ensemble depuis sept ans. C'est surtout les automatismes qui nous ont manqué. Le cinq et le 3x3 sont deux sports différents. Il faut savoir commettre les bonnes fautes au bon moment. savoir quand prendre des temps-morts et effectuer des changements. De ce point de vue, nous avons déjà beaucoup progressé depuis le début de l'été.»

Une participation aux JO de Toyko 2020 vous semble-t-elle être un objectif réaliste? «Nous devrons disputer beaucoup de tournois et obtenir beaucoup de points pour améliorer notre classement (réd: la Suisse pointe au 27e rang du classement masculin et au 15e du classement féminin) et espérer nous qualifier pour Tokyo. Swiss Basketball va organiser encore plus de tournois l'an prochain dans cette optique. A Pékin, nous étions la quatrième meilleure nation. Seules des équipes venant de Serbie, de Slovénie et de Lettonie nous ont devancés. C'est prometteur.»

Imaginez-vous mettre le cinq de côté pour vous consacrer au 3x3, notamment dans l'optique des Jeux olympiques? «Je n'y ai pas vraiment réfléchi. Pour l'heure, je privilégie le cinq. Le 3x3 reste un sport d'été à mes yeux. Mais il est en plein développement. Et quelqu'un comme Westher (réd: Molteni, 30 ans), qui est en fin de carrière à cinq, tiendrait peut-être un autre discours.»

Le quatuor que vous formez est-il «figé», ou une concurrence existe-t-elle? «Vu les résultats que nous avons obtenus et notre entente sur le terrain et en dehors, nous sommes partis pour garder le même quatuor. Mais on ne sait jamais. Et les cartes sont redistribuées chaque année en ce qui concerne l'équipe de Suisse.»

Comment est né ce Team Lausanne? «Avec Gilles, Marco et Wes, on se croisait tout le temps l'été sur les tournois de 3x3. Nous faisions partie des douze joueurs convoqués en équipe nationale en début d'été, et la mayonnaise a pris entre nous. Il est certain que nous allons nous retrouver l'été prochain. Rien n'est précisément planifié, mais ce que nous avons réalisé à Pékin nous a mis en appétit. On est déjà à la recherche de sponsors pour la saison prochaine. Le 3x3 prend vraiment de plus en plus de place dans le basket suisse.»

(nxp/ats)