Moto – Divers

01 décembre 2016 20:22; Act: 01.12.2016 22:41 Print

Les sportifs trouvent un 2e souffle près de Genève

par Robin Carrel, Petit-Lancy - Si Thomas Lüthi va vite en ligne droite, si Romain Bardet progresse en contre-la-montre, la soufflerie du CMEFE au Petit-Lancy y est pour quelque chose.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'endroit est surtout connu des joggeurs genevois ou encore des cygnes qui flânent sur le Rhône, du côté du Pont-Butin, à l'ouest de Genève. Sous cet énorme amas de pierres et de béton, dans un tunnel qui aurait dû accueillir un train en son temps, se trouve le CMEFE (Groupe de compétences en mécanique des fluides et procédés énergétiques) et ses souffleries toutes plus incroyables les unes que les autres.

Les applications qui font qu'un journaliste sportif s'y déplace bien volontiers? Elles sont innombrables et Patrick Haas, professeur d'aérodynamique à la HES-SO de Genève, les conte avec passion. L'homme a travaillé avec de nombreux sportifs de renommées planétaires et a même touché de près le microcosme assez incroyable de la Formule 1, là où chaque petit aileron peut vous permettre de gagner une course ou de grappiller des points qui valent des millions.

«Domino» et «Tom-Tom» vont vite

Romain Bardet, deuxième du dernier Tour de France, y est venu il y a quelques jours pour améliorer sa position sur son vélo de contre-la-montre. Yves Rossi, le fameux «JetMan», est un habitué des lieux. Jason Lamy-Chappuis, spécialiste de combiné nordique, est aussi un «abonné». Skieurs, skieurs de vitesse, lugeurs, tout ce qui joue avec le vent et la position sur des circuits, des pentes ou en mer peuvent venir y progresser.

Thomas Lüthi, Dominique Aegerter et leur Moto2 sont notamment passés par là. Les progrès ont été fulgurants et leur ont permis de figurer régulièrement tout en-haut des vitesses maximales en Grand Prix. Réduite à l'échelle 1:2, grâce également à la possibilité de jouer avec une imprimante en trois dimensions, leurs machines peuvent y subir de nombreux tests en tous genres.

Ca peut rapporter gros

Un travail d'orfèvre, qui peut rapporter gros à l'arrivée. «Quand des équipes viennent travailler ici, elles peuvent progresser très rapidement, se réjouit Patrick Haas. Si Thomas Lüthi avait une si belle vitesse de pointe cette saison, s'il a réussi à tenir tête à certains concurrents alors que ces derniers bénéficiaient de l'aspiration dans les lignes droites, c'est un peu grâce au travail aérodynamique qui a été fait ici sur la moto suisse».

L'endroit est une mine d'or pour qui s'intéresse un peu à ce petit monde-là. Des posters de stars un peu partout, des casquettes d'équipes de F1... Et surtout ces énormes machines qui ont des applications dans le monde «normal», comme dans celui de la compétition à très haut niveau. Surtout la grande soufflerie, où trône actuellement une réplique de la Moto2 de «Domino» Aegerter, ainsi qu'un moulage de la position du pilote en plein effort dans une ligne droite.

Vrais engins ou maquettes

Si vous mettez bien fort le volume et que vous tendez l'oreille au bon moment dans la vidéo ci-dessous (le micro de 20minutes.ch est décidément capricieux ces jours), l'un des maîtres des lieux vous explique la façon de procéder. «Pour une moto, on travaille essentiellement la vitesse de pointe en ligne droite et l'appui, quelques fois, dit-il. On travaille soit sur des motos réelles, avec les pilotes, soit sur des maquettes. L'autre chapitre, c'est la simulation, avec des ordinateurs puissants, pour connaître l'écoulement autour de la machine».

Mais du côté du CMEFE, le sport n'est pas le seul débouché, bien entendu: «Ils sont notamment industriels, indique Patrick Haas. On a travaillé sur des trains rapides, des capteurs de vitesse, des choses de ce type-là. On a travaillé aussi dans le monde du bâtiment». On a même vu une soufflerie capable d'analyser le comportement de cendres de volcans! Sûr que les Genevois qui passent quotidiennement sur le Pont-Butin pour aller au travail et qui sont allés au bout de cet article verront dorénavant d'un autre oeil ce qui se trame sous leurs roues...