Voile – Vendée Globe

20 février 2017 19:26; Act: 21.02.2017 01:16 Print

Roura: «Je ne me suis jamais pris pour un pro»

par Oliver Dufour, Les Sables d'Olonne - Le skipper genevois a bouclé lundi matin son premier Vendée Globe à bord de «La Fabrique». Il a livré ses impressions.

Le projet Vendée Globe du Genevois a essentiellement carburé à la passion.
Sur ce sujet
Une faute?

Après 105 jours passés seul en mer sur son robuste voilier, Alan Roura a enfin mis les pieds sur la terre ferme des Sables d’Olonne. Frappé de plein fouet par son retour au contact des gens, le benjamin de la course (23 ans) s’est confié avec une désarmante maturité et une bonne dose d’émotion.

Comment avez-vous vécu cette fin de course compliquée et sans doute un peu longue pour vous?
C’était effectivement très dur. J’ai dormi durant une heure et demi voici deux jours, mais sinon pas grand-chose. Je voulais m’assurer de bien mener mon bateau, alors qu’il y avait beaucoup de cargos autour de moi et que la météo était vraiment instable.

Vous disiez que le jour de votre départ était le plus beau de votre vie. Et maintenant que vous êtes arrivé?
Le départ c’était vraiment incroyable, mais il a évidemment fallu du temps pour comprendre ce qui se passait. Le fait de boucler la boucle, c’est le cumul de toutes les victoires de notre projet, avec mon équipe. Je tiens d’ailleurs à la remercier (ndlr: la voix déraille et les larmes coulent quelques instants). Sans ces gens autour de moi, rien n’aurait été possible. On a tous bossé comme des dingues, jour et nuit, dans l’ombre et à la débrouille. Mes proches ont mis leurs propres rêves de côté pour m’aider à vivre celui-là. J’ai pris le départ avec un bateau qui n’était pas complètement terminé, parce qu’on n’a pas eu assez de temps. Mais il est phénoménal.

Que pouvez-vous dire de ce bateau, justement, que Bernard Stamm avait terminé de construire en 2000 et avait baptisé Superbigou?
En fait je dirais que c’est une femme. Un voilier ça doit être beau, pas taillé à la truelle. Mais c’est vrai qu’il est vieux. C’était un choix intelligent de m’embarquer dessus, parce qu’il est fiable. Mais c’était aussi stupide, parce que c’est le plus exigeant de tous les bateaux IMOCA! Vincent Riou (ndlr: marin français contraint à l’abandon) m’a dit: «T’es fou! Jamais je ne ferais un Vendée Globe là-dessus!» En fait c’est un peu comme s’embarquer sur le Dakar avec une 4L. C’est fiable, mais tu te traînes! Mais en même temps tu la retapes vite fait avec une clé de 13! Pour peu que tu trouves quelques raccourcis, ça peut le faire. Mais si on m’avait dit que je finirais 12e là-dessus, j’aurais rigolé.

Au passage de chaque cap, vous pensiez avoir fait le plus dur. Mais vous n’étiez pas au bout de vos peines…
En fait c’était de pire en pire. Je pensais que l’océan Indien serait le plus dur. C’est celui qui me faisait le plus peur. Mais je pense que c’est finalement celui que j’ai le mieux négocié. Le Pacifique a été pire. C’est là que j’ai percuté cet objet flottant qui a cassé mon safran. Je venais justement de me dire que s’il fallait que je pète un truc, ça ne devait pas être là, parce que c’était vraiment le plus mauvais endroit, isolé de tout. Et enfin le retour dans l’Atlantique a été vraiment affreux, alors que je pensais que ça allait être des vacances. J’ai eu des bulletins météo faussés, des alizés très durs et ces conditions qui m’ont retardé. Désolé, je vous ai un peu fait attendre!

Il y a aussi eu de jolis moments, comme lorsque vous vous êtes trouvés bord à bord avec Eric Bellion, à Noël...
Oui, c’est arrivé un peu comme ça. On se tirait la bourre depuis plusieurs semaines, mais on n’avait pas fait de plan pour se retrouver là pendant les Fêtes. On s’est juste dit que ça serait sympa de se dire bonjour! Et de chanter un peu aussi. On était plusieurs à ne pas être partis pour gagner, mais pour raconter une aventure. On s’est surpassés sans pour autant jouer aux cons. On a agi en marins.

Et sinon, la solitude n’a pas été trop dure à vivre?
Si, bien sûr. Pour vivre trois mois enfermé dans une cellule humide de quatre mètres carrés – une machine à laver – il faut être cinglé! Mais c’est tellement bon. C’est très dur d’être seul. On peut parler à son bateau, mais au d’un moment ça ne suffit plus parce qu’il ne répond pas. Mais on a tout ce temps pour penser et se demander: «Quand est-ce que je vais revivre ça? Dans la voile il ne faut pas oublier l’aspect humain et la solitude en fait partie.»

Etes-vous devenu un vrai grand marin?
On ne s’improvise pas marin. Je ne pense pas être un super marin, mais j’ai assurément un sens marin. J’ai mené mon bateau des Sables d’Olonne jusqu’aux Sables d’Olonne en faisant le tour du globe. J’ai géré des situations de crise. C’est ça, la course au large. Je n’avais pas envie de jouer un rôle, mais d’être moi-même. De pouvoir dire merde lorsque les choses n’allaient pas. Je ne me suis jamais pris pour un pro. J’ai fait ça par passion, par plaisir avant tout.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Georges le 20.02.2017 20:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sportif Suisse 2017

    Le sportif Suisse de l'année 2017 est déjà connu ! Alan Roura

  • Pied Marine le 20.02.2017 21:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des costauds

    Génial! Je le félicite lui et tous les marins qui ce lancent dans ces défis de fous ! Mais pour sûr que cela ne s'improvise pas - il faut une bonne dose de savoir faire, courage et de caractère! Et ils nous font rêver...

  • Stéphane le 20.02.2017 19:58 Report dénoncer ce commentaire

    Notre champion !

    Bravo le genevois !!!! Mais juste changer votre nom "Roura" en OURAAHHHH !!! Bon retour sur la rade !!!

Les derniers commentaires

  • Petit Navire le 22.02.2017 23:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Good job

    Un seul mot respect. Il a 23 ans

  • Ronan le 21.02.2017 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Vive les furieux

    Bravo Monsieur Roura oui vous êtes un Pro car faire ce que vous avez fait est fantastique du premier au dernier chapeau Monsieur

  • janne le 21.02.2017 07:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    super hero

    on dirait wolverine ;-)

  • Cyrius le 21.02.2017 05:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pourtant

    Et pourtant, Tu es un Vrai Pro ! Bravo

  • Thierry, habitant du monde le 21.02.2017 03:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A voile et d'autres (à) rament :-)

    Je vais être franc: je n'ai aucune idée de l'utilité de cet exploit en particulier mais je lève mon verre à l'honneur de son auteur. Et je lève également mon verre à tous ceux qui rament au quotidien depuis de longues années pour tenter de réaliser un seul exploit: s'en sortir. Bravo à vous Monsieur et à vous tous.