WWE – Genève

17 mai 2018 19:34; Act: 17.05.2018 23:59 Print

«Le catch féminin vit une époque incroyable»

par Oliver Dufour, Genève - La lutteuse Natalya a participé mercredi au show WWE Live à l'Arena de Genève. Elle s'est confiée en marge de l'événement.

Voir le diaporama en grand »
Mercredi soir à l'Arena de Genève, les superstars du catch ont débarqué pour faire trembler le ring de la WWE. Zack Ryder (short rouge) en a notamment mis plein la vue à Mojo Rawley (short vert). Face à l'imposante reine du ring Nia Jax (à gauche), Alexa Bliss n'a pas eu peur d'ouvrir la boîte à gifles. Pas content d'avoir vu son coéquipier Mojo malmené, le scintillant Goldust a cherché à broyer Zack Ryder. Pour sa première apparition dans un combat international de catch, la superstar des arts martiaux mixtes Ronda Rousey (à gauche) a étalé toutes ses adversaires, dont l'expérimentée Mickie James. Face au colosse Jinder Mahal, le bondissant Seth Rollins a choisi la voie des airs pour défendre avec succès sa ceinture de champion intercontinental. Rounda Rousey a utilisé toute sa panoplie de championne de l'UFC pour corriger ses adversaires. Rousey (à droite) a ensuite pu fêter une première victoire dans son combat en équipe avec Ember Moon (à gauche) et Natalya. La Canadienne Natalya a beaucoup apprécié la ferveur des spectateurs genevois aux premiers rangs. Pour son premier gros combat, Ronda Rousey (au centre) n'a pas hésité à aligner deux de ses trois adversaires, Mickie James et Ruby Riott (en rouge et noir), pour davantage d'efficacité. Pendant que Seth Rollins (à droite) a dominé Jinder Mahal tout en souplesse. Mustafa Ali (en l'air) n'a quant à lui pas fait le poids face à Cedric Alexander, dans le combat pour le titre des pois lourds-légers. Natalya (à gauche) a longtemps été malmenée par Liv Morgan. Mais l'équipe composée de Ronda Rousey, Natalya et Ember Moon (de gauche à droite) a fini par triompher à l'Arena. En communion avec ses fans, Matt Hardy a défendu avec succès sa ceinture de champion par équipe aux côtés de son compère Bray Wyatt. Seth Rollins a également savouré son succès face à Jinder Mahal. Goldust en a mis plein la vue aux spectateurs genevois avec son habituel costume doré.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce n'est pas tous les jours que les superstars du catch débarquent en Suisse romande. Les organisateurs de la surpuissante fédération WWE avaient ainsi préparé quelque chose de spécial pour les spectateurs de l'Arena, à Genève. Si ceux-ci n'étaient que quelques milliers à avoir assisté à cette soirée de combats théâtraux dans une ambiance qui a souvent peiné à décoller, l'assistance a néanmoins pu goûter à plusieurs matches à rebondissements, dont les grands débuts de l'Américaine Ronda Rousey dans un combat de catch international.

Connue tant pour ses exploits dans les arts martiaux mixtes à l'UFC que pour ses performances en judo (dont une médaille de bronze olympique en 2008) et ses apparitions d'actrice dans des blockbusters tels que «Expendables 3» ou «Fast and Furious 7», la Californienne de 31 ans a mis la gomme pour décrocher en équipe sa première victoire dans un combat par équipe de trois. A cette occasion, «Rowdy» faisait corps avec Ember Moon et Natalya. En marge du spectacle, cette dernière a partagé avec «20 minutes» quelques aspects de sa vie de catcheuse sous les projecteurs. La Canadienne de 35 ans est issue d'une grande famille de «wrestlers» venue de Calgary.

«C’est fou comme chaque soir j’ai toujours le trac, comme je suis nerveuse, mais en même temps excitée!», lance d'entrée Natalya. «Et c’est devenu encore plus fort depuis l’introduction de la «Women’s Revolution» (ndlr: l’ouverture aux lutteuses en 2015 du tableau principal, conférant aux femmes un statut égal à celui des hommes). Ronda Rousey a beaucoup fait pour changer la donne chez les femmes. Dans le sport en général, du reste, pas que le combat. On peut s’identifier à elle et c’est pourquoi je l’aime. Elle est authentique et veut travailler pour obtenir de la reconnaissance. Elle ne veut pas qu’on lui serve tout sur un plateau, juste à cause de sa renommée.»

«Hameçonnée» dans le «donjon» familial

Natalie Katherine Neidhart-Wilson, dans le civil, est de la troisième génération de l'illustre famille Hart, dont de nombreux membres ont évolué dans la plus grande fédération du catch. Elle est toutefois la première femme de la dynastie à avoir combattu au plus haut niveau. «La première fois que je me suis entraînée dans le fameux «donjon» familial, un sous-sol dans la maison de mon grand-père, j’ai été complètement hameçonnée», se souvient-elle. «C’était tellement fun! Et j’ai réalisé que j’avais cette passion pour notre sport et pour le divertissement. On est vraiment là pour raconter des histoires et j'adore ça. Et dans quel autre job pouvez-vous autant rencontrer de gens de tous horizons? Passer de Kid Rock ou Hugh Jackman à des enfants qui luttent pour survivre et d’avoir un impact sur eux, de les aider, tout en voyageant dans le monde entier? Voyager du Madison Square Garden de New York à l’Arena de Genève!»

L'Albertaine ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Après avoir joué un grand rôle dans l'inclusion toujours plus importante des femmes dans le catch, elle voit encore plus grand. «Notre fédération se développe, tout grandit», constate-t-elle. «Il y a encore eu récemment un record de combats féminins à Wrestlemania (ndlr: le plus grand spectacle de catch annuel du monde). C’est vraiment une époque incroyable à vivre pour le catch féminin. Ce qui caractérise la WWE, c'est justement la diversité. Y compris chez les femmes. Il y en a de toutes les formes, tailles et ethnies. Les fans sont vraiment passionnés, mais ils apprécient ce à quoi ils peuvent s’identifier, ce qu’ils connaissent. Ils sont connectés à nous et on le remarque à chaque fois qu'on se rend quelque part. Je considère qu'avancer c’est avancer, quelle que soit l’allure. On veut continuer à progresser. Tant qu’on livre la marchandise, on va recevoir les mêmes chances que les hommes. Avec tout ce qu’on vit actuellement, on est obligées d’apprécier tout ce qu’on a déjà. On fait des choses fantastiques dans les deux championnats de pointe, Raw et SmackDown. Mais peut-être que la prochaine étape sera d’être les têtes d’affiches de Wrestlemania!»

En attendant, WWE Live sera de retour en Suisse l'automne prochain. Le 9 novembre, les stars investiront la Halle Saint-Jacques de Bâle.