JO 2018

03 janvier 2018 15:52; Act: 04.01.2018 07:15 Print

Un bateau de croisière pour la Corée du Nord?

Le gouverneur de la province qui accueillera les JO de Pyeongchang a proposé d'affréter un bateau d'une éventuelle délégation venue du Corée du Nord.

storybild

En 2002, lors des Jeux Asiatiques de Busan, la délégation du Nord était déjà arrivée sur place à bord d'un véritable palace flottant. (Photo: Keystone/how Hwee Young)

Sur ce sujet
Une faute?

«Un bateau de croisière, ce serait une solution pratique pour régler les problèmes de sécurité et d'hébergement», a indiqué le gouverneur Choi Moon-Soon en marge d'une communication des organisateurs des Jeux 0lympiques d'hiver (9 au 25 février). M. Choi a précisé qu'il avait formulé cette proposition à un officiel nord-coréen, lequel y avait réagi positivement et promis de la relayer auprès de son autoritaire numéro un Kim Jong-Un.

Selon le dirigeant provincial, le bateau pourrait partir du sud et se rendre au nord pour y récupérer sa délégation, alors que les deux pays sont en conflit depuis des décennies, et revenir ensuite mouiller dans le port de Sokcho, à proximité des sites olympiques. En 2002, lors des Jeux Asiatiques de Busan, la délégation du Nord était déjà arrivée sur place à bord d'un véritable palace flottant qu'elle avait utilisé comme camp de base pour toute la durée des épreuves.

«Nous nous préparons au cas où la Corée du Nord enverrait non seulement des athlètes, mais également des supporteurs et des entraîneurs, a également assuré Lee Hee-Beom, le patron du comité d'organisation des JO 2018. Le CIO a également dit à plusieurs reprises qu'il soutiendrait la participation de la Corée du Nord.» Dans son message du Nouvel An à la nation nord-coréenne, M. Kim a pour la première fois laissé entendre que son pays pourrait participer et «envoyer une délégation» aux jeux de Pyeongchang

Aussi bien Séoul que les organisateurs désirent que le Nord participe à ces «Jeux olympiques de la Paix». Mais la participation de Pyongyang à des événements sportifs est largement tributaire de l'évolution de la situation politique et militaire dans la péninsule, alors que la tension est particulièrement forte ces derniers mois, sur fond de poursuite du programme nucléaire au Nord et d'invectives répétées entre Kim Jong-Un et le président des Etats-Unis Donald Trump.

(afp)