Cyclisme

14 juin 2017 10:41; Act: 14.06.2017 11:31 Print

L'ex-président de l'UCI Hein Verbruggen est décédé

L'ancien président de l'Union cycliste internationale est décédé à l'âge de 75 ans, a annoncé le CIO.

storybild

Hein Verbruggen, ici en 2008. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Néerlandais Hein Verbruggen, ancien président de l'Union cycliste internationale (UCI), est décédé dans la nuit de mardi à mercredi. Il fut un des plus influents dirigeants du sport mondial au début des années 2000.

Président de l'UCI entre 1991 et 2005 et membre du CIO entre 1996 et 2005 puis de 2006 à 2008, M. Verbruggen fut un des grands artisans de la mondialisation du cyclisme à l'époque de la domination de l'Américain Lance Armstrong, déchu de ses principaux succès, dont ses sept victoires dans le Tour de France, pour cause de dopage.

Dans un rapport publié en mars 2015, une commission indépendante (CIRC) avait mis au jour une grande proximité entre M. Verbruggen (président de 1991 à 2005), et Armstrong, ensuite déchu pour dopage. L'ancien président de l'UCI avait pointé «des éléments d'accusation incorrects». Lance Armstrong, lui-même, avait nié avoir été soutenu par l'UCI.

«Merci pour tout»

Spécialiste de marketing, formé à l'université de Nijenrode, passé chez Mars Chocolates au début des années 1970 quand la firme parrainait une équipe cycliste (De Vlaeminck, Monsere, Zoetemelk), Hein Verbruggen a grimpé sans attendre les échelons.

Elu au comité directeur de la Fédération internationale du cyclisme professionnel (FICP) en 1979, il en devient président en 1985. Six ans plus tard, en 1991, il réunit les fédérations amateur et professionnelle au sein de l'UCI, jusque-là une coquille vide dont le siège se limitait à un bureau à Genève.

Il entame alors le processus d'internationalisation et de reconnaissance accrue dans le cercle olympique, avec la manne financière qui l'accompagne. Mais rapidement, Hein Verbruggen et le cyclisme sont confrontés aux différentes révélations sur le dopage, notamment sanguin.

Le président de l'UCI minimise d'abord l'importance de l'EPO en 1994, quand le préparateur Michele Ferrari s'exprime librement, puis le scandale Festina lors du Tour 1998. Mais, un an plus tard, c'est le même homme qui assume l'exclusion de Marco Pantani du Giro. C'est lui aussi qui se risque au printemps 2001 à valider le test français de détection de l'EPO, le poison des sports d'endurance.

Dans le livre-hommage qu'a consacré l'UCI à son président sur le départ en 2005, Lance Armstrong a apporté sa contribution, comme d'autres coureurs. Il a salué Hein Verbruggen, «un grand ami», le «défenseur du droit des coureurs». Avant de conclure sa courte intervention d'une formule passe-partout mais aujourd'hui embarrassante: «Merci pour tout».

(nxp/afp)