Cyclisme - World Tour

08 mars 2018 16:50; Act: 08.03.2018 17:44 Print

L'UCI prend son temps, Reichenbach reprend

par Robin Carrel, Finhaut - Opéré en octobre, le Valaisan de 28 ans a retrouvé les pelotons. Le «cas» de son agression par Gianni Moscon l'automne dernier est toujours en suspens.

Sébastien Reichenbach évoque sa saison.
Sur ce sujet
Une faute?

Trente-neuvième sur la Classique de l'Ardèche-Rhône, puis vingt-septième sur la magnifique Drôme Classic. Sébastien Reichenbach a tranquillement retrouvé les pelotons professionnels les 24 et 25 février, un peu en avance sur l'agenda consécutif aux opérations pour soigner un coude et une hanche brisées. «Ça va pas mal, a-t-il assuré mercredi à l'heure de présenter 'sa' course caritative, qui aura lieu le 16 septembre prochain. Je me sens physiquement bien. Ça s'est remis mieux qu'espéré.»

Dans l'attente

Victime d’une agression présumée de Gianni Moscon, lors d’une course en Italie, le coureur valaisan est toujours dans l'attente d'une décision des instances sur le «cas» du sulfureux Transalpin de l'équipe Sky. Car comme dans l'«affaire Chris Froome», l'Union cycliste internationale semble prendre son temps. «Je suis toujours un peu dans l'attente, a avoué le Suisse de 28 ans. J'avais entendu qu'il avait été auditionné par l'UCI... A mon avis, le jugement devrait sortir d'ici peu. Mais pour le moment, je n'ai pas trop de nouvelles et j'essaie un peu d'oublier cette affaire.»

Reichenbach a donc retrouvé sa place dans les pelotons professionnels et ne veut pas trop épiloguer sur le sujet: «La saison est lancée et je tente de ne plus trop y penser. Voilà... Quand le jugement tombera, je prendrai ce qui viendra. Mais dans ma tête, j'ai quand même bien dépassé la chose.» Reste que les stigmates d'un tel accident peuvent être traumatisants. Il semble heureusement avoir dépassé d'éventuels doutes sur sa machine. «Il y a des appréhensions qui sont un peu normales. Je n'étais déjà pas un très grand casse-cou avant... Je ne le suis pas devenu davantage!, a-t-il souri. Mais je me suis assez surpris. Je n'avais pas de peurs, de craintes ou autres. Je suis confiant pour la suite. Ça va bien se passer.»

A 100% sur le Giro

La suite? Prendre à coeur son rôle de lieutenant en chef de la troupe FDJ du Français Thibaut Pinot. «Mon gros objectif de la saison, c'est vraiment d'être à 100% avec lui sur le prochain Tour d'Italie (ndlr: 4 au 27 mai)», a-t-il indiqué. Et pour ce faire, son programme l'emmènera sur les routes de Catalogne, puis du Tour des Alpes, histoire d'atteindre son premier pic de forme lors de la tentative de conquête du maillot rose du Giro de son coéquipier doubiste.

Reichenbach aura toutefois aussi l'occasion de courir de façon un peu plus «perso» en 2018. «Oui, car ensuite, j'espère jouer ma carte sur quelques étapes du Tour de Suisse (ndlr: en juin), a-t-il confirmé. J'aimerais également faire un bon championnat du monde une fois dans ma carrière. Ce sera un Mondial qui sera très difficile, à Innsbruck en Autriche au mois de septembre, et c'est rare d'avoir un tracé comme ça, pour les grimpeurs.» Il risque d'ailleurs d'y être une des meilleures cartes helvétiques.