Hockey – National League

31 janvier 2018 07:46; Act: 31.01.2018 10:45 Print

Sarault: «Sans sacrifices, que peut-on faire?»

par Oliver Dufour, Fribourg - Le coach du Lausanne HC était désarmé, mardi soir, après la défaite des siens dans l’antre de Gottéron. Pour espérer voir les play-off, il faudra vite se ressaisir.

La réaction d'Yves Sarault après une nouvelle défaite lausannoise en dit long sur l'impuissance de son équipe.
Sur ce sujet
Une faute?

Lorsqu’on lui demande pourquoi le LHC a tant de peine à entamer nombre de ses matches pied au plancher, Yves Sarault soupire. «Je n’en ai aucune idée. Demandez aux joueurs s’ils sont en confiance…» Le coach québécois a beau rappeler à ses joueurs, semaine après semaine, quelles sont les erreurs à ne pas commettre, son message peine à trouver écho auprès de ceux-ci. «On était encore beaucoup trop passifs et craintifs défensivement, a pesté l’entraîneur après une sixième défaite en huit matches avec les Lions vaudois. On leur a offert trop d’espaces et ils ont produit des occasions. On a encore commencé à jouer trop tard dans ce match.»

Sarault avait de quoi être déçu au terme d’une partie où sa formation s’est mise en difficulté en encaissant trois buts durant le premier tiers, dont deux après seulement 9 minutes de jeu, sans en avoir inscrit un seul. Le LHC a bien retrouvé des couleurs au retour des vestiaires, dominant les Dragons avec près du double de tirs aux buts (39 à 21 au terme du match), mais rien n’y a fait, malgré la réduction du score par Lukas Frick en cours de troisième période. Fribourg s'est finalement imposé 4 à 1 devant son public. «On fait nos devoirs et on sait qu’on est capables de créer l’offensive au bout d’un moment, mais si tu ne te sacrifies pas et que tu ne fais pas toutes les petites choses nécessaires correctement, qu’est-ce qu’on peut faire?», a pesté Yves Sarault.

«Tout simplement pas assez bons»

De son côté, l’attaquant lausannois Florian Conz n’avait pas non plus de véritable explication à donner aux déboires de sa formation. «Si j’en avais une, je vous la donnerais, mais c’est dur à expliquer», s’est presque excusé le centre de 33 ans. «On n’a pas fait ce qu’il fallait pour être prêts au départ et ensuite c’est difficile de revenir. On n’a tout simplement pas été assez bons.» Une impuissance tout en contraste avec la satisfaction des Fribourgeois, dont le jeune attaquant Nathan Marchon (20 ans). Auteur du «game winning goal», grâce à une habile déviation d’un tir de Mathieu Maret à la ligne bleue pour le 2-0 des Dragons, Marchon s’est notamment réjoui que son équipe ait pu préserver des forces en sachant convenablement maîtriser l’avance acquise lors du premier tiers-temps. «Ces trois points font du bien. On a bien géré après un très bon départ en économisant des forces, parce que nous disputons trois matches en quatre jours. Au début du match on voulait vraiment montrer qu’on était là et le plan de match a été parfaitement respecté.»

Actuellement 7e du classement de National League, avec 7 longueurs d’avance sur la barre et Langnau, Fribourg-Gottéron a fait un nouveau bon pas en direction d’une qualification pour les play-off, alors qu’il reste cinq matches à disputer avant la fin de la saison régulière. Quant au Lausanne HC, une qualification reste toujours possible, puisque les Lions ne sont toujours qu’à 6 points de la 8e place occupée par Genève-Servette. Mais il y aura très peu de place pour l’erreur.

La réaction de Florian Conz en images

Et celle de Nathan Marchon