Sponsorisé

19 février 2018 12:00; Act: 19.02.2018 17:05 Print

«Je me suis retrouvé à poil dans le vestiaire du PSG»

En vue du match PSG-OM du 25 février, nous avons rencontré Laurent Paganelli, figure emblématique de CANAL+, pour qu’il nous partage ses meilleures anecdotes.

Une faute?

A deux semaines du choc entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille, celui qui demeure aujourd’hui encore le plus jeune joueur de l’histoire du foot français à avoir évolué en 1re division nous a ouvert son tiroir à anecdotes et a ressorti le dossier «Classiques», en marge de la rencontre d’ouverture de la 25e journée de Ligue 1, opposant l’AS Saint-Etienne à l’OM.

«Paga», c’est une gueule, un personnage, un charisme hors pair, un rire dévastateur et des frasques à répétition qui accompagnent des générations de footballeurs et de fans. Insider par excellence, l’ancien attaquant est un acteur incontournable du foot hexagonal. Inlassablement, l’Avignonnais de 55 ans interviewe stars et joueurs plus besogneux, en marge des rencontres de L1.

«J'aime les gens, j'adore le public»

Entre deux fous-rires, Laurent Paganelli incarne la gentillesse-même. Et pour lui, pas question de faire une distinction entre le quidam et le multimillionnaire du ballon rond: «Le football, c’est une grande famille. Il faut respecter tout le monde. Ca, j’y tiens vraiment! Pour moi, le jardinier du stade est aussi important que le buteur. C’est capital. J’aime les gens, j’adore le public. J’ai appris les valeurs du foot. Ce que j’aime c’est le côté positif de ce sport. Dans le foot business, j’essaie d’imposer mes valeurs aux gens. Je veux que les joueurs se sentent proches du public et l’inverse. On a tendance à éloigner les uns des autres, moi je fais mon possible pour les rapprocher. C’est notre boulot, en tant que média».

Et «Paga» n’est pas du genre à en rester au stade des intentions. Sans cesse alpagué par des spectateurs, avant et après la rencontre, il s’est, tel une rockstar, prêté de bonne grâce au jeu des selfies: «Ils ont cru que j’étais un grand joueur et ils pensent que je suis un bon journaliste, mais ils se gourent sur les deux! Ils veulent rentrer chez eux avec une photo. Et comme ils ne peuvent plus en faire avec les joueurs, il n’y a plus que moi qui reste. Alors ils en font avec moi», se marre le charismatique barbu. Car malgré sa notoriété, le joyeux drille a su rester simple et accessible.

Si d’aucuns pensent qu’il a un job de rêve, Laurent Paganelli prévient, la tâche qui est la sienne n’est pas toujours aisée à accomplir: «Certes, les joueurs sont dans l’obligation de venir s’exprimer au moins à la mi-temps et à la fin du match. Alors ils viennent te voir mais parfois ils te disent: «tu me fais chier, tu m’emmerdes» et là, tu te dis: «putain le mec il va me rembarrer en direct». Mais cela ne s’est heureusement encore jamais vraiment produit».

«Paga» s'est mis au suisse allemand 


Volontiers moqué sur les réseaux sociaux pour ses connaissances limitées en langues étrangères et son style bien à lui de mener ses interviews avec des intervenants qui ne maîtrisent pas le français, l’Avignonnais dribble critiques et difficultés avec sa bonhommie habituelle en rappelant ce qui a forgé sa légende en la matière: «On m’avait dit: «Ronaldinho il maîtrise le français». Alors je m’étais mis à côté de lui sur le banc et bien sûr, il n’en parlait pas un mot. C’est de là qu’est venue ma gloire, lorsque j’ai créé une langue hispano-anglo-française qui ressemble à rien. Mais on m’a dit: «c’est mieux, au moins on comprend tes questions en direct, pas comme avec l’anglais». Et depuis, «Paga» s’est même mis au suisse-allemand… A déguster en vidéo.

Télécharger l'App myCANAL et regarder le match PSG/OM*.

* Sous réserve de s’abonner à une offre CANAL sans engagement ESSENTIEL CANAL ou CANAL CINE SERIES.