Football - Coupe du monde

07 novembre 2017 21:31; Act: 07.11.2017 21:32 Print

Pourquoi c'est la Suisse qui va passer

par Robin Carrel, Belfast - Jeudi et dimanche, la Nati se mesure à l'Irlande du Nord en barrage pour la Coupe du monde 2018. Voici dix raisons pour lesquelles ce sont les Suisses qui vont passer.

storybild

Xherdan Shaqiri a imité Kyle Lafferty plus tard dans le tournoi à l'Euro 2016. (Photo: Keystone/Mast Irham)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est le grand jeu des deux côtés des supporters à l'heure de débattre autour d'une pinte dans un des magnifiques pubs de Belfast: trouver le ou les arguments massues qui mettront un terme au débat. Avant d'en recommencer un autre, bien entendu... Du côté suisse, voici dix faits qui vous permettront de contredire ces Irlandais du Nord bien péremptoires à l'heure d'assurer que ce seront eux qui iront en Russie l'été prochain.

1. Parce que sinon, ce serait beaucoup trop injuste. Pour une fois, les Suisses auraient bien le droit de faire les Caliméro. Être éliminés en ayant remporté neuf matches sur dix en poule de qualification, avouez que ça aurait un certain panache. Mais voilà, le groupe de la Nati était tellement faible avec le seul Portugal comme opposition de haut niveau, les Helvètes ont fini par tout perdre sur un match. Une anomalie à corriger cette semaine.

2. Parce que les barrages-traquenards, la Suisse maîtrise. Quand on a réussi à passer l'écueil turc il y a 12 ans, on n'a plus peur de rien. L'épisode mythique de la qualification face à la troupe du vilain Fatih Terim est resté dans les mémoires et même dans la chair de certains ex-internationaux. Ce ne sont donc pas quelques Nord-Irlandais bien éduqués et qui jouent majoritairement en divisions inférieures anglaises qui vont faire peur à Yann Sommer et compagnie. A l'époque, Hakan Sükür, Emre Belözoglu et Tunçay, ça avait quand même une autre gueule.


3. Parce que la Suisse a déjà réservé son hôtel en Russie et que ce serait ballot de devoir y renoncer. Les Helvètes avaient posé des options pour un établissement près de Moscou et un autre aux environs de Sotchi, 351 jours avant le début supposé des hostilités. La Nati devait faire son choix entre 65 hôtels officiels et comme la FIFA a appliqué le principe de «premier arrivé, premier servi», l'ASF a pris les devants. Quitte à finir avec le bec dans l'eau...

4. Parce que la Suisse maîtrise les éléments. Toute bonne agence de voyage vous le dira: il n'est pas simple de trouver des clients désireux de se déplacer en Irlande du Nord au début du mois de novembre. Non pas que l'endroit ne soit pas pittoresque, mais à cette époque-là, les Suisses ont davantage tendance à chercher le soleil. Les prévisions pour jeudi soir à Belfast sont claires: pluie, vent, moins de dix degrés. Mais les Helvètes sont prêts à toutes éventualités. N'ont-ils pas facilement dompté Andorre 3-0 dans des conditions dantesques en septembre à St-Gall? Ce n'est donc pas le crachin soutenu de Windsor Park qui leur fera peur.

5. Parce que cela fait huit ans que la Nati a été sacrée championne du monde des moins de 17 ans. Du coup, la génération qui a battu son hôte nigérian 1-0 en finale à Abuja le 15 novembre 2009 arrive pile à maturité actuellement. On ne parle pas là de Robin Vecchi, Maik Nakic ou Bruno Martignoni, mais plutôt de Granit Xhaka, Haris Seferovic et Ricardo Rodriguez, qui sont les trois «survivants» de cette épopée à avoir été appelés cette semaine par Vladimir Petkovic.


6. Parce que j'ai envie d'aller en Russie. L'hiver s'annonce incertain, le fusions sont légion dans notre métier et on ne sait pas toujours encore bien où tout le monde va atterrir. Mais ce qui est sûr, c'est que les journalistes suisses ont bien plus de chances d'aller à la Coupe du monde 2018 si la Nati y est. C'est logique. Alors comme la contrée de Vladimir Poutine est très intéressante, belle et dépaysante au possible pour un occidental, la traverser dans tous les sens pour aller y voir des footballeurs m'intéresse énormément. Oui, c'est très égoïste comme point.

7. Parce que Gelson Fernandes va jouer. Si Vladimir Petkovic est superstitieux, il fera automatiquement jouer, ou au moins entrer en jeu, le milieu de terrain de l'Eintracht Francfort. Ailier-gauche, latéral droit, No 10; 1 heure et demi, 37 minutes ou 25 secondes, on s'en fiche. Car les cinq dernières fois que le Valaisan a été sélectionné, la Suisse a gagné.


8. Parce que quand même, le foot n'est pas le sport No 1 ici. Au pays de George Best, le jeu de ballon n'est de loin pas le sport le plus suivi. Les foules s'y mobilisent davantage pour le rugby, les sports gaéliques, le hockey sur gazon... Et pour le football anglais ou écossais. Même si une certaine «hype» entoure la «Green and White Army» depuis peu, c'est surtout depuis 2005 que l'équipe nationale a retrouvé un public. Pas de quoi faire peur aux Suisses.

9. La Nati va enfin gagner un match couperet. Après les éliminations aux penalties ou en prolongations lors des derniers grands événements, la Suisse doit enfin montrer qu'elle peut être forte tout court et qu'elle n'est pas que simplement la championne des matches contre les petites contrées. Le double affrontement contre l'Irlande du Nord, remontée au 20e rang du classement FIFA, doit permettre aux joueurs majeurs comme Granit Xhaka, Xherdan Shaqiri et Yann Sommer qu'ils peuvent aussi dominer dans les «matches qui comptent».

10. Ah! Et j'oubliais la raison la plus importante: parce que la Suisse est la meilleure équipe. On peut parler de la «pression du favori» qui pèse sur les épaules de Xherdan Shaqiri et compagnie. Mais s'ils le sont, c'est qu'il y a une bonne raison. La Nati a tout simplement plus de talent à quasiment tous les postes et devrait passer sans coup férir si elle entre dans cette double confrontation avec le sérieux requis.

Les commentaires les plus populaires

  • Fred Dupont le 07.11.2017 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rester humble

    Ne jamais vendre la peau de l ours avant de l avoir tué et le meilleur passera c est tout

  • Cax le 07.11.2017 23:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Méthode cocorico

    Il me semble que dans lapproche de cet article nous nous approchons de plus en plus de la méthode « cocorico »

  • Cc le 07.11.2017 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hop suisse

    Ouai bah gardez les pieds sur terre et gagnez ces matchs! Hop suisse !!

Les derniers commentaires

  • Liberland le 08.11.2017 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Rainy and windy

    Très physique, ils jouent avec le vent et les hue et dia et come on du people les boostent , défense fébrile si pressing et maladroits par moment a la relance, par contre ils sont efficaces et rugueux un rush en attaque et c est goal !

  • Zorro le 08.11.2017 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    27 points

    c'est vraiment trop dommage de faire 27 points et mourir au poteau vola la bonne adresse hop suisse et rien d'autre

  • Heiz Liezelote le 08.11.2017 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Case départ

    Elle va juste passer par la case départ!! rien à faire en coupe du monde!!

  • Olex le 08.11.2017 13:14 Report dénoncer ce commentaire

    Fierté de jouer pour son pays

    S'ils passent ces barrages se sera avec beaucoup de difficulté, car les Irlandais du nord, eux jouent avec le coeur et l'amour de la patrie, ce qui n'est de loin pas le cas de nos "Suisses" qui jouent pour leur carrière.

  • Le Grisonnais le 08.11.2017 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hop Suisse !

    Tous les matches doivent se jouer, pas une équipe doit être sous-estimée. Ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué...Attention à l'excès de confiance ! Un bon résultat à l'aller serait déjà une bonne entame.

    • Roger le 08.11.2017 13:20 Report dénoncer ce commentaire

      Hop Suisse

      Excellent commentaire. Nous partons vainqueurs, mais si mes souvenirs sont exacts, nous avions perdus contre des équipes que l'on disait plus faible. Luxembourg par exemple.