Agression contre Rolf Fringer

22 septembre 2017 14:57; Act: 22.09.2017 17:33 Print

«Je suis allé le voir pour lui rafraîchir la mémoire...»

Christian Constantin s'est expliqué devant la presse sur son agression de l'ancien sélectionneur de la Nati, Rolf Fringer, après le match Lugano-Sion.

Sur ce sujet
Une faute?

Reconnaissant avoir mal agi sans pour autant exprimer ses regrets ou présenter ses excuses, Christian Constantin a développé face aux médias sa version de l'agression sur Rolf Fringer dont il a été l'auteur jeudi à Lugano. Un coup de sang qui pourrait avoir d'importantes conséquences pour le président du FC Sion.

La première d'entre elles a été son départ du comité de candidature Sion 2026 pour les Jeux olympiques, dont il était le vice-président. Un retrait immédiatement accepté par Jean-Philippe Rochat, le président dudit comité. «Cette candidature est devenue une candidature nationale désormais entre les mains des politiques, explique Christian Constantin, et je ne voulais pas lui faire subir cette médiatisation autour de ma personne et de ces faits de vestiaires qui sont incompatibles avec le projet.»

«Une réaction peut-être un peu trop valaisanne»

Incompatible, le mot est lâché. Et il sonne comme un aveu de culpabilité. «Ce n'est pas le bon exemple, j'ai réagi de manière inappropriée, concède le président du FC Sion. Gifler quelqu'un n'est certainement pas la meilleure des choses à faire. C'était une réaction peut-être un peu trop valaisanne.»

La conférence de presse de CC

Christian Constantin a toutefois pris soin d'éviter de prononcer des mots qui auraient pu être pris pour des excuses. «Des regrets? Je regrette que Rolf Fringer n'a de cesse de m'attaquer. Je ne peux pas dire que je ne regrette pas ce que j'ai fait, mais je ne peux pas dire non plus que je tolère ses attaques.»

La conférence de presse du FC Sion, au cours de laquelle le président s'est montré beaucoup plus pondéré qu'auprès des médias dans lesquels il s'était exprimé plus tôt dans la journée, avait commencé par la projection d'un film maison censé résumer l'escalade dans les propos de Rolf Fringer à l'encontre de Christian Constantin. Avec comme point de départ la demi-finale de la Coupe de Suisse remportée en 2009 par les Sédunois dirigés ad interim par Constantin sur la pelouse du FC Lucerne de l'entraîneur Fringer. «Il est devenu fou depuis là!», insiste le boss valaisan.

«Fringer n'a pas assumé ses propos»

Constantin valide la version de l'altercation donnée par Rolf Fringer sur Teleclub - pour qui l'Autrichien est consultant - quelques instants après les faits. «Je lui ai mis quatre ou cinq claques et un coup de pied au cul, ça c'est vrai.» Le sang du président n'a fait qu'un tour après que son fils, Barthélémy, directeur sportif du FC Sion, lui a rapporté une discussion qu'il a eue avec Fringer au terme du match à Lugano (victoire 2-1 des Sédunois).

«Fringer n'a pas assumé ses propos, alors je suis allé le voir pour lui rafraîchir la mémoire...», image Christian Constantin, que l'ancien sélectionneur de l'équipe de Suisse avait déjà critiqué publiquement et durement à plusieurs reprises, dont mardi sur Teleclub. Sur le plateau, le consultant avait notamment décrit le Martignerain comme quelqu'un de «narcissique ne se souciant pas des autres».

Personnage extravaguant et clivant, Christian Constantin est pourtant habitué aux critiques, même virulentes. Alors pourquoi a-t-il craqué cette fois-ci? «Je deviens vieux... Je ne sais pas si c'est une des critiques les plus insupportables qui m'aient été adressées, mais c'est une critique que j'ai choisi de régler comme ça! Je ne voulais pas lui faire mal, il n'y a pas eu de sang, je voulais simplement qu'il arrête de m'attaquer de la sorte.»

Une suite au civil ou au pénal?

L'affaire pourrait avoir des suites. «Ce n'est pas mon dernier mot», avait du reste prévenu Rolf Fringer en conclusion de son passage à l'antenne juste après l'agression. «Mes avocats sont en train d'analyser la situation», rebondit à son tour Christian Constantin, qui avait annoncé à l'ats tard dans la nuit de jeudi à vendredi vouloir déposer une plainte contre l'Autrichien. «Il faut désormais déterminer si nous attaquons en diffamation ou pour atteinte à la personne, si nous allons au civil ou au pénal», poursuit-il.

La Swiss Football League a de son côté condamné les agissements du président du FC Sion et a ordonné l'ouverture d'une enquête par la commission de discipline. Des sanctions sont possibles, allant de la simple amende à l'interdiction d'exercer une quelconque activité liée au football. Claudius Schäfer, le directeur de la SFL, a affirmé au Blick que la procédure, d'une durée habituelle d'un mois, serait accélérée.


Retrouvez la retranscription de la conférence de presse:

Le liveticker en pop-up

(20 minutes/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • un sedunois le 22.09.2017 01:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    S'en prendre au mauvais

    si seulement il pouvait donner un grand coup au cul de ses joueurs pour qu'ils mouillent leurs maillots, je retournerais peut-être à tourbillon...

  • Jackpitt le 21.09.2017 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nimporte quoi

    Il faudra lui rappeler cet épisode quand il expliquera que les hooligans nont pas leur place dans un stade football.

  • Coco le 21.09.2017 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    CC= Clownesque

    Pauvre CC,,,,,,,,à quel heure était l'apéro? Ridicule ce bonhomme.... vraiment une honte pour le foot dans ce pays Rien justifie s'attaquer physiquement à quelqu'un Quel exemple pour les jeunes sportifs de ce pays et en général du Valais La ligue du foot va faire quoi?

Les derniers commentaires

  • malaco le 24.09.2017 19:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    fc sion

    monsieur constantin est le seul président qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas. restez comme cela monsieur constantin.

  • Bruce Dickinson le 23.09.2017 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grosse peine pour pas grand chose

    En suisse un coup de pied au CUL cest 10 ans de prisons , meurtre 5 ans , crime passionnel 2 ans avec sursis , violeur récidiviste 1 année avec sursis !!! Chercher lerreur , et cest pas loin de la vérité !!

  • Chris67 le 23.09.2017 13:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    humain

    Il n'y a pas mord d'homme????? , je n'approuve pas son geste mais à force de se faire démonter , tôt ou tard on péte un câble ...c'est ce qui est arrivé.

  • Ben foot le 23.09.2017 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    C'était pas la meilleure stratégie

    Dommage que M. Constantin ait réagit ainsi. Cependant je pense qu'il serait préférable que les commentaires sur le foot suisse soient réalisés par des passionnés avec une étincelle dans les yeux et pas par des gens aigris au regard éteint.

  • Yapludcerveau le 23.09.2017 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Morale 5.0

    Hallucinant la banalisation de la violence dans les commentaires....C'est fait, la nouvelle génération impose ses valeurs...quel monde de ouf!

    • Ben foot le 23.09.2017 12:02 Report dénoncer ce commentaire

      Morale à 2fr

      Hallucinant le déni de réalité par rapport à la violence morale...et au règlement de compte déloyaux, sans droit de réponse... quel monde de ouf!

    • Joe le fouteux le 15.10.2017 17:24 Report dénoncer ce commentaire

      Bim Bam

      Gros bravo Christian !!! 100 KF le coup de pied au Q et la baffe c'est trop cher payé... l'aurait fallu lui mettre un uppercut à monsieur je joue les victimes. Il a raison, ça fait du bien de se défouler quand on trouve quelqu'un en face de soi qui se permet des casses morales. ça aurait été moi, il serait allé à l'hosto msieur la victime des machins comme ça dans le monde du sport, ça ne devrait pas exister...