Champions League asiatique

13 septembre 2017 11:38; Act: 13.09.2017 11:49 Print

«Deux mêmes voitures ont eu trois accidents!»

Les quarts de finale de la Champions League asiatique ont donné lieu à une rencontre épique, au terme de laquelle les deux coaches se sont plaints de l’arbitrage.

Sur ce sujet
Une faute?

Lors du match aller de la Ligue des Champions asiatique, le Shanghai SIPG de Hulk et Andre Villas-Boas s’étaient imposés 4-0 et pensaient avoir fait le plus dur. Mais la partie retour a donné lieu à un scénario digne des meilleurs romans. Guangzhou Evergrande, coaché par Luiz Felipe Scolari, a réussi à revenir à égalité dans les arrêts de jeu, emmenant les deux formations dans d’improbables prolongations.

Hulk a alors pensé offrir la qualification aux siens à la 110e, mais finalement réduite à 9, sa troupe a craqué à trois minutes de la fin du temps supplémentaire. Et comme les buts à l’extérieur ne comptent pas durant la prolongation, ces équipes chinoises se sont départagées aux tirs au but. A ce petit jeu, c’est le Shanghai SIPG qui s’est montré le plus adroit. Seul le Brésilien Ricardo Goulart, auteur d’un hat-trick ce soir-là, a manqué son envoi. Une «remontada» à la sauce asiatique, mais qui aura donc, finalement, eu un goût aigre-doux.

Villas-Boas en avait gros

Malgré la qualification arrachée in extremis, Andre Villas-Boas en avait gros au terme de la rencontre. L’entraîneur portugais a arrosé large, lors de la conférence de presse. Mais c’est surtout le corps arbitral qui en a pris pour son grade: «A l’aller, Fu Huan a été suspendu alors que son tacle était propre. Pour les demies, Yan Junling ne pourra pas jouer parce qu’il a pris un jaune inexistant. Ensuite, il a décidé de tirer les penalties devant les fans de Guangzhou…» Le «Special Two» ne s’est pas arrêté en si bon chemin. «Zhang Linpeng n’aurait pas dû être là ce soir. Il a donné un coup de coude au premier match, mais le comité d’éthique n’a pas trouvé que c’était un geste violent…»

Le Portugais était clairement en colère et doit être un adepte des théories du complot. «On est venu en bus et on a vu deux mêmes voitures avoir trois accidents différents juste devant nous! C’est un problème. Cette qualification est une énorme réussite pour nous, parce qu’elle a été obtenue contre une équipe qui domine l’Association asiatique de football», a-t-il balancé, en référence à une éventuelle influence négative du club de la province du Guangdong dans le sud de la Chine sur les instances continentales.

L’arbitre de la rencontre se rassurera de son côté en se disant que le coach adverse, Luiz Felipe Scolari, s’est aussi plaint de sa performance. Du coup, le directeur de jeu a peut-être trouvé une sorte de juste milieu…

(rca)