Foot - Mondial 2018

06 octobre 2017 22:54; Act: 06.10.2017 23:17 Print

Espagne qualifiée, cauchemar pour Piqué

Le défenseur espagnol a été largement sifflé pour ses prises de position sur la crise avec la Catalogne. Il a même été remplacé.

storybild

Gérard Piqué n'a pas pu toucher le ballon sans s'attirer un concert nourri de sifflets. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Espagne n'a pas tremblé à Alicante face à l'Albanie. Victorieuse 3-0 et désormais qualifiée pour la Coupe du monde, la Roja n'est toutefois pas parvenue à faire oublier la crise avec la Catalogne, en témoignent l'accueil réservé à Gerard Piqué.

Le défenseur de Barcelone n'a pas pu toucher le ballon sans s'attirer un concert nourri de sifflets. La faute à sa prise de position en faveur du droit des Catalans à voter pour ou contre l'indépendance. Déjà conspué les jours précédents à Alicante, Piqué est apparu fébrile durant cette partie, jusqu'à ce que Julen Lopetegui ne mette fin à son calvaire et ne le remplace à l'heure de jeu. Le Barcelonais a alors eu droit à quelques applaudissements en sortant du terrain, de quoi apaiser quelque peu la situation.

L'Italie tenue en échec

Remonté contre le «traître» catalan, le public d'Alicante n'a, sinon, pas manqué de s'enthousiasmer au cours de la soirée. Après avoir agité avec frénésie de nombreux drapeaux espagnols pendant l'hymne national, les 28'000 spectateurs ont fêté dès la 16e minute l'ouverture du score de Rodrigo. L'attaquant de Valence a marqué son premier but en sélection grâce à un bel enchaînement contrôle de la poitrine - reprise de volée du gauche, qui a pris de vitesse le Bâlois Albian Ajeti.

L'Espagne a ajouté deux autres buts avant la demi-heure par Isco et Thiago Alcantara, tuant tout ce qui restait de suspense. Moins remuants en seconde mi-temps, les champions du monde 2010 ont géré la fin de rencontre face à de valeureux Albanais. Ceux-ci auraient même mérité un but pour avoir touché deux fois les montants du but espagnol par Llullaku et Sadiku.

En signant leur huitième victoire en neuf matches dans le Groupe G, les Espagnols sont désormais mathématiquement qualifiés pour la Coupe du monde. Car dans le même temps, l'Italie a été tenue en échec à Turin face à la Macédoine (1-1). Certes diminuée par les blessures, la Squadra Azzura a livré une piètre prestation qui n'incite guère à l'optimisme avant un barrage.

L'Islande y est presque

Dans le Groupe D, l'Autriche a battu la Serbie 3-2 à Vienne pour ce qui était le dernier match «à domicile» de Marcel Koller (l'entraîneur zurichois n'a pas été reconduit pour 2018). Cette victoire autrichienne a complètement relancé la donne dans ce groupe. La Serbie reste certes en tête, mais elle ne compte plus qu'un point d'avance sur le Pays de Galles (vainqueur 1-0 en Géorgie) et deux sur l'Irlande (succès 2-0 face à la Moldavie).

Dans le Groupe I, la Turquie a perdu tout espoir de qualification en se faisant humilier 3-0 à Eskisehir par l'Islande. Les Vikings ont même viré en tête de leur poule en profitant du match nul des Croates face à la Finlande. Autant dire que les Islandais sont quasiment en Russie, eux qui reçoivent le Kosovo lundi.

(nxp/ats)