Football - Coupe du Monde

06 octobre 2017 19:26; Act: 06.10.2017 19:26 Print

La Hongrie ne passionne pas les foules

par Robin Chessex, Bâle - La conférence de presse de la Nati avant le match contre la Hongrie n'a pas suscité les passions, tant l'intérêt était plutôt porté sur... le Portugal.

Source: Facebook ASF
Sur ce sujet
Une faute?

Vladimir Petkovic doit avoir l'habitude de ce genre de moments. Les conférences de presse d'avant-match ne sont déjà pas souvent des lieux où les questions et les réponses s'avèrent passionnantes. Mais c'est encore pire quand l'audience n'éprouve pas un immense intérêt face au sujet du jour, contrairement à une échéance plus tardive qui paraît davantage alléchante.

«Kein Thema»

Le match contre la Hongrie a très peu de chance d'être vraiment décisif dans la mesure où c'est le résultat à Lisbonne qui décidera avant tout de qui finira premier entre la Suisse et le Portugal. Tout cela s'est ressenti lors de cette conférence à Bâle. Une fois passées les premières questions usuelles sur sa composition d'équipe pour l'affrontement contre la Hongrie, les questions ont vite dévié sur le match de mardi prochain à Lisbonne.

Un journaliste portugais ouvre les vannes. «Croyez-vous que le match de mardi sera le seul décisif?» demande-t-il à Vladimir Petkovic. Le coach se penche lentement sur son micro pour soupirer que c'est sur le match de demain qu'ils sont focalisés. «Dienstag ist kein Thema», affirme en souriant Yann Sommer lorsque quelqu'un tente subtilement de lancer le sujet de façon détournée, en demandant s'il s'attend à arrêter moins de ballon demain que mardi prochain.

«Gavra» a sa place

Quelques autres questions viennent tout de même entrecouper ce manque d'intérêt pour la Hongrie. Behrami sera présent pour amener son mental dans le vestiaire. Petkovic répète encore qu'il n'a pas pris Oberlin parce qu'il doit prouver sur le long terme et que Mario Gavranovic a montré qu'il avait sa place.

Mais le sujet de la «finalissima» revient vite sur la table. «Encore une question à propos du Portugal», pouffe Xherdan Shaqiri lorsqu'on lui demande s'il se sent prêt à marquer mardi. Loin de s'énerver, son entraîneur préfère en rire. L'effort est d'autant plus important pour l'équipe de rester focalisée sur cette rencontre de demain soir. Mais il est vrai que la perspective de cette finale à Lisbonne peine à rendre le rendez-vous hongrois passionnant. C'est un peu comme un enfant qui sait qu'il va aller à Disney World mais qui doit passer rendre visite à sa grand-mère avant. Difficile de ne pas penser à ce qui suit...