Football - Euro 2017

17 juillet 2017 09:17; Act: 17.07.2017 09:17 Print

A la conquête du continent (2/2)

par Robin Carrel, Arnhem - Le Championnat d'Europe de football féminin a débuté dimanche aux Pays-Bas. Tour d'horizon en deux volets de la compétition que 20 minutes vous fera vivre sur place.

storybild

Ramona Bachmann est une des meilleures cartes offensives helvétiques. (Photo: Keystone/vit Cerny)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Euro féminin a commencé dimanche, en pays «Oranje». Seize équipes réparties en quatre groupes, se mesureront d'ici au 6 août prochain, dans sept stades différents, dans des bourgades aussi méconnues que prometteuses comme Deventer, Enschede, Doetichem, Utrecht, Rotterdam, Breda et Tilburg. Et tant pis pour ceux qui aiment les canaux et les vitrines d'Amsterdam. Coup de projecteur sur les seize équipes en lice, en deux épisodes.


Groupe C

Autriche

Selon une journaliste de là-bas, cette équipe est très flexible et a été capable, en qualifications, d'évoluer successivement en 4-3-3, sa formation préférentielle, mais aussi en 5-3-2, 3-5-2 ou 4-4-2! Par sûr que ces évolutions suffisent aux Autrichiennes pour passer le premier tour, elles qui jouent leur premier Euro, tout comme la Suisse, la Belgique, le Portugal et l'Ecosse d'ailleurs. L'Autriche a joué son premier match international en 1990 seulement. C'était contre la Suisse et les Helvètes l'avaient emporté 5-1. Bon à savoir.

France

Les Françaises sont un des favoris de ce Championnat d'Europe. Les protégées d'Olivier Echouafni, ancien joueur de Strasbourg, Nice ou encore Marseille, n'ont plus perdu en qualification pour une grande compétition depuis 41 rencontres et font figure d'épouvantail. Elles ont réussi le petit exploit de ne prendre aucun but dans leur poule qualificative. Sauf que les «Bleues» ont une capacité assez confondante de se manquer dans les grandes compétitions. Elles n'ont jamais fait mieux que quatrièmes en Coupe du monde (2011) et aux JO (2012) ou quart de finalistes de l'Euro (2009 et 2013). Et cette fois? Ce serait le moment d'aller au bout, histoire de bien lancer le Mondial organisé sur leurs terres dans deux ans.

Islande

Les Islandaises seront sans doute les principales adversaires des Suissesses pour la deuxième place de ce Groupe C, qualificative pour les quarts de finale. L'Islande peut compter en son sein sur l'attaquante Harpa Þorsteinsdóttir, une des trois meilleures buteuses des qualifications, avec 10 réalisations au compteur. Attention aussi au débarquement des supporters vikings, qui avaient fait sensation lors du dernier Euro masculin en France.


Suisse

Après sa première Coupe du monde en 2015, la Nati au féminin va disputer son premier Championnat d'Europe. Pour ce faire, la sélectionneuse Martina Voss-Tecklenburg a une belle panoplie offensive avec ses stars Ramona Bachmann, Lara Dickenmann et Ana Maria Crnogorcevic. Elle pourrai aussi compter sur un joli mélange de générations entre la jeune Géraldine Reuteler (18 ans) et les anciennes Caroline Abbé et Martina Mose (126 sélections chacune). Quatre formations ont remporté tous leurs matches de qualification: l'Allemagne, l'Espagne, la France et... la Suisse.



Groupe D

Angleterre

Les Anglaises sont persuadées de pouvoir gagner cet Euro. Et ce n'est pas la démonstration faite à Bienne au début du mois de juin, pour la dernier match de préparation «officiel» de la Suisse (0-4), qui va leur faire penser le contraire. D'autant plus que les protégées de Mark Sampson avaient surpris tout le monde en éliminant l'ogre allemand il y a deux ans, en quart de finale de la Coupe du monde. A l'image de ces Messieurs, les internationales anglaises font partie des effectifs de clubs huppés: notamment Manchester City (7), Arsenal (4), Chelsea (4), Liverpool (3) et même Barcelone (1).

Portugal

Sur le plan continental, les Portugais ont tout raflé récemment, de l'Euro 2016 à l'Eurovision. Il ne faudra donc pas prendre cette sélection à la légère! Ce serait toutefois une immense surprise de voir la formation de Francisco Neto passer le premier tour, elle qui a eu besoin des barrages (1-1 sur l'ensemble des deux matches contre la Roumanie et qualification grâce au but inscrit à l'extérieur, à la 105e minute des prolongations) pour décrocher le droit de disputer son premier Euro. A l'instar de ce qu'ont proposé les hommes il y a un an, les Portugaises ont un style de jeu défensif et comptent bien là-dessus pour créer la surprise.



Espagne

Il y a deux ans, les Espagnoles ont joué leur première Coupe du monde. Mais le style jugé obsolète du sélectionneur d'alors Ignacio Quereda a fini par lui coûter son poste, après 27 ans de bons et loyaux services. Pour se sortir d'une poule à sa portée, la «Roja» misera gros sur Jennifer Hermoso. Cette «neuf et demi» de 27 ans vient de s'engager pour trois ans avec le Paris St-Germain, l'un des clubs les plus ambitieux du football européen. Les Ibères ont tout gagné en qualifications, n'encaissant que deux buts en huit parties.



Ecosse

Avec Espagne – Portugal, ce Groupe D avait déjà droit à un bien joli derby. Mais avec Ecosse – Angleterre, il en est un autre qui peut être exceptionnel. Ces rencontres auront déjà lieu mercredi et promettent beaucoup. Pour garder la tête froide au cours du premier Euro de leur histoire, les Ecossaises pourront compter sur la gardienne Gemma Fay (35 ans) et ses... 200 sélections! Elles perdront en revanche leur sélectionneuse Anna Signeul au terme du tournoi, elle qui s'est ensuite engagée avec la Finlande.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.