Football

19 mai 2018 21:33; Act: 19.05.2018 21:33 Print

Chelsea s'offre enfin la FA Cup

La rencontre a mis aux prises deux entraîneurs qui se méprisent entre Antonio Conte à Chelsea et José Mourinho à Manchester United.

storybild

La FA Cup est revenues aux «Blues» de Chelsea (Photo: Keystone)

Une faute?

Ca ne sauvera pas sa saison, ni même peut-être sa place, mais cela mettra du baume au coeur d'Antonio Conte. Chelsea a remporté samedi la FA Cup en battant Manchester United grâce à un penalty d'Eden Hazard en première mi-temps (1-0).

Plus qu'un trophée de printemps, cette victoire en finale était parée de nombreuses vertus. Elle aurait permis aux Red Devils de sauver une pauvre campagne en ajoutant un peu d'argenterie dans l'armoire à trophées.

Mais ce sont finalement les Blues, finalistes malheureux la saison passée, qui pourront l'admirer et repenser à une saison désormais un peu moins ratée, qui les a vus sortir en 8es de finale de la Ligue des champions et surtout manquer la qualification pour la prochaine édition en terminant à une médiocre cinquième place de Premier League.

Rival honni

Selon la presse britannique, Conte, fâché contre ses dirigeants en raison de la politique de transferts du club, ne devrait pas revoir Londres la saison prochaine. Il n'est pas du tout certain qu'une victoire en Cup y change quoi que ce soit, aussi bien dans son esprit que dans celui de ses patrons.

L'Italien, qui pourra dans tous les cas partir la tête haute après un sacre et une Cup en seulement deux saisons, trouvera peut-être une certaine forme de satisfaction dans l'identité du perdant, José Mourinho, son rival honni.

Un grand Hazard

Si les deux hommes ont joué la carte de la cordialité et de l'ignorance pendant la rencontre, ils n'avaient pas caché le «mépris» qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre après une bisbille qui dure depuis l'arrivée de Conte à Stamford Bridge.

Non pas que le bouillant Apulien soit resté calme dans sa zone technique, mais son ire a plutôt été dirigée contre l'arbitre, coupable, selon lui, de n'avoir pas infligé un carton rouge à Phil Jones pour sa faute sur Hazard, lequel a transformé lui-même à la 22e.

Excellent, le Belge a fait souffrir les Mancuniens, qui ont comme souvent cette saison manqué un peu d'inspiration dans le dernier geste. A Wembley, les Red Devils ont pourtant beaucoup tenté dans le second acte, mais sans Lukaku, à peine remis de sa blessure à une cheville et sur le banc jusqu'à la 73e minute, ils n'ont jamais su trouver la faille.

(nxp/ats)