Football

16 avril 2018 19:52; Act: 16.04.2018 19:57 Print

Sion ne pourra pas jouer l'Europe pendant deux ans

En danger de relégation en Super League, le club sédunois a été durement sanctionné par l'UEFA.

storybild

Nouveau souci majeur pour le club de Christian Constantin. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le club valaisan de Super League ne pourra participer à aucune compétition européenne lors des deux prochaines saisons, a annoncé l'instance basée à Nyon. Il fait recours contre cette décision auprès du TAS.

Sion écope également d'une amende de 280'000 francs, montant correspondant aux gains réalisés par les Sédunois lors de l'Europa League 2017/2018. Il est puni pour ne pas avoir respecté les critères nécessaires à l'obtention d'une licence permettant de participer aux compétitions interclubs de l'UEFA pour l'exercice 2017/2018.

Transfert non réglé

Le cabinet Deloitte, mandaté par l'UEFA pour effectuer un audit, a constaté que la formation chère au président Christian Constantin n'avait pas versé en date du 31 mars 2017 l'intégralité de la somme due au FC Sochaux dans le cadre d'un transfert - celui d'Ishmael Yartey en l'occurence - effectué avant le 31 décembre 2016. La somme de 950'000 euros restait impayée à la fin mars 2017. Or, le FC Sion avait certifié le 7 avril 2017 à la Swiss Football League, dans le cadre du processus d'attribution des licences de la SFL, qu'il n'avait aucun arriéré concernant un transfert.

Le FC Sion a admis les faits qui lui sont reprochés, arguant que son erreur était due à une mauvaise interprétation du règlement par son manager: ce dernier avait estimé que le fait que le différend entre les deux clubs concernant le montant du transfert n'était pas réglé par la FIFA signifait que le montant en question n'était pas encore dû à ce moment. Sochaux, qui avait contacté la FIFA afin de faire respecter une décision prise par le Tribunal arbitral du sport, avait finalement été payé en juin 2017.

La commission de discipline de la SFL a déjà sanctionné le FC Sion pour ces faits, avec une amende de 8000 francs. Elle avait estimé que l'erreur du club valaisan ne remettait pas en cause la validité de la licence de jeu qui lui avait été accordée.

(nxp/ats)