Hockey - LNA

12 août 2017 13:05; Act: 12.08.2017 13:14 Print

La Vallée de Joux a encore vibré et en redemande

par Robin Carrel, Le Sentier - Malgré l'absence de derbies romands, le tournoi du Sentier a encore une fois fait le bonheur des fans avides d'enfin revoir leurs idoles. Une semaine importante pour la région.

Il devait y avoir une interview au milieu de ces images, mais les Dragons de Rouen ont dû s’éclipser de nuit...
Sur ce sujet
Une faute?

Un certain club romand ne souhaite plus affronter d'adversaires directs en préparation, alors les Combiers sont sevrés, cette année, de leur traditionnel derby de pré-saison. Une soirée à quelque 3000 spectateurs et plus si affinités (et beau temps), qui mettait du beurre dans les épinards de la manifestation et qui était devenue une tradition pour les fans des formations romandes. Heureusement, la participation du CSKA Moscou pique la curiosité des plus fervents et ils sont encore une dizaine de milliers à être montés au Sentier cette année.

«LE grand moment»

Car cet événement est important pour la région. «Avec le slow-up et le triathlon, c'est un des, si ce n'est LE grand moment de sport à la Vallée, indique Thomas Waser, le directeur du centre sportif. On essaie de promouvoir cet endroit avec ce genre de manifestations, plutôt que par de la publicité classique. Les gens retiennent davantage un tel tournoi... Mais si on peut réorganiser des derbies un jour, on le fera! Il y a bien moins de soucis de sécurité à l'heure actuelle. Mais je comprends les équipes, même si l'ambiance, avec 3500 personnes dans cette patinoire, c'était génial... Là, je crois toutefois qu'on a trouvé un bon mélange des genres».

Plutôt que des Genève-Lausanne ou des LHC-Gottéron, place a donc été faite à une équipe de KHL (le CKSA Moscou) et, cette année, aux Slovaques de Nitra ainsi qu'aux Français de Rouen. Deux formations aux budgets qui n'ont rien à voir avec les grosses écuries du Championnat de Suisse ou de la Ligue Continentale. «Les Rouennais ne prennent en charge que leurs déplacements, informe Thomas Waser, ancien directeur général du LHC. Sur place, on leur fournit le logement, les heures de glace et la nourriture. Cette semaine a été très positive pour eux (ndlr: ils ont battu Langnau et poussé Lausanne aux tirs aux buts) et ils aimeraient déjà revenir!»

7 heures de bus

On aurait bien voulu vous conter l'avis de Fabrice Lhenry, le coach de Rouen, invité pour la première fois au Sentier cette année, mais comme la partie de vendredi en début de soirée entre les Slovaques de Nitra et Langnau s'est éternisée (3-2 ap), l'ancien gardien international ne savait pas combien de temps les siens allaient pouvoir s'échauffer et a dû filer... Prévue à 20h30, la rencontre a finalement débuté à 20h50 et les Genevois ont battu chichement les Français 2-1, grâce à des réussites de Traber et Tömmernes.

Et après le match? Les Rouennais avaient quelque sept heures de bus à effectuer dans la foulée. C'est le quotidien des joueurs du Championnat français, la Ligue Magnus, qui envoie ses formations batailler de Rouen à Amiens, en passant par Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Chamonix ou encore Nice. Autant dire que les 612 kilomètres de distance entre la Vallée de Joux et la maison en bus-couchettes ressemblaient presque à une aimable promenade de santé. Ils dormiront dans leur car avec quelques images de cartes postales de la Dent de Vaulion encore bien présentes dans leurs esprits.