Hockey sur glace

10 novembre 2017 16:40; Act: 10.11.2017 18:13 Print

Karjala Cup: la Suisse n'y arrive toujours pas

L'équipe de Suisse s'est à nouveau inclinée à Helsinki. Elle a été dominée 3-2 par la République tchèque.

storybild

Sur leur premier power-play, les Tchèques ont déjoué le gardien suisse Gilles Senn. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pas simple de jouer avec les «grands». La République tchèque a rappelé d'emblée à la Suisse qui elle était. Pourtant habituée à défier - et parfois même à battre - les nations mieux classées au ranking de l'IIHF, cette Suisse version 2017/18 navigue de manière trop intermittente.

Trop de temps faibles et pas assez de temps forts. Au niveau international, cela ne pardonne pas. «Les jeunes ont pu se rendre compte de la différence de niveau, explique Patrick Fischer. Ce n'est pas la National League. Les arbitres sont pointilleux, on le sait. Mais on ne doit pas prendre des pénalités en zone offensive.»

Indiscipline crasse

Contre les meilleures nations, il faut pouvoir compter sur une défense solide lorsque l'attaque toussote. Malheureusement, le box-play n'a pas évolué à son meilleur niveau. Loin s'en faut. Avec un ou deux hommes de moins sur la glace, les Suisses ont regardé passer la rondelle. Plus réactifs qu'actifs, ils n'ont pas pu gêner l'attaque massive de Tchèques qui se sont parfois régalés. «Trop statique», a lancé Patrick Fischer en commentant les situations spéciales. Vrai.

On pense notamment à deux phases à 6 contre 5 sur des pénalités différées où les champions du monde 2010 ont fait tourner le puck de nombreuses secondes avant de voir les Suisses arrêter le jeu. Et que dire de l'indiscipline? En accumulant cinq pénalités mineures lors du tiers médian, la sélection nationale s'est sabordée au pire moment. «A la Deutschland Cup l'an dernier c'était pareil, juge Patrick Fischer. A Bienne mercredi aussi. On doit faire plus attention.»

Sur leur premier power-play, les Tchèques ont déjoué Gilles Senn et la Suisse ont dû patiner après le score. Comme si jouer la République tchèque ne constituait pas un handicap de taille, les Helvètes ont décidé de se rajouter un petit challenge supplémentaire. Les patineurs de l'Est ont surtout montré aux Suisses comment aborder les moments-clés des tiers.

Sur un nouveau jeu de puissance et alors que l'on s'acheminait tranquillement vers un 1-0 à la pause, les Tchèques ont réussi à inscrire le 2-0 à 14 secondes de la fin de la période initiale. Trop inconstants et maladroits, les Suisses ont peiné à proposer des actions bien construites. Même constat sur les sorties de zone, théâtre de bon nombre d'imprécisions.

Trop d'énergie dépensée

«On a pris des pénalités qui nous ont coupé le rythme à chaque fois, analyse Grégory Hofmann. L'arbitrage n'était pas incroyable, mais on prend des punitions stupides. On doit apprendre à être plus discipliné tout le match. On leur donne des chances. On a essayé de tout donner, cela n'a pas suffi. A 3-2 on met encore plus de pression, mais pour moi ce n'est pas ça la clef du match. C'est qu'on a de nouveau utilisé trop d'énergie en box-play et eux ont profité de cet avantage. A nous aussi de travailler les situations spéciales.»

Du côté suisse, on a apprécié l'opportunisme de Gaëtan Haas sur son but et la performance de Gilles Senn. Mais tant la réussite de Haas que celle d'Ambühl découlent soit de roublardise soit d'un effort personnel et pas d'une action construite. Et puis il y a cette désagréable sensation que l'équipe n'exploite son véritable potentiel que lorsqu'elle se retrouve au pied du mur.

La Suisse s'attaque samedi à un autre gros morceau avec un duel face à la Russie. Patrick Fischer et son staff ont du boulot plein les bras et moins de 24 heures pour effectuer quelques corrections. Mais les Jeux de PyeongChang sont dans moins de trois mois.

République tchèque - Suisse 3-2 (2-0 1-1 0-1)

Helsinki. 1130 spectateurs. Arbitres: Kaukokari/Heikkinen (FIN), Osterholm (SWE)/Nikulainen (FIN). Buts: 3e Gulas (Krejcik, Kubalik/à 5 contre 4) 1-0. 20e (19'46) Radil (Klepis, Nakladal/à 5 contre 4) 2-0. 23e Haas (Praplan, Hollenstein) 2-1. 33e Kubalik (Gulas/à 5 contre 3) 3-1. 51e Ambühl (Du Bois, Loeffel) 3-2. Pénalités: 4 x 2' contre la République tchèque, 8 x 2' contre la Suisse.

République tchèque: Mazanek; Smid, Nakladal; Krejcik, Kundratek; Vitasek, Mozik; Sulak, Nemecek; Sekac, Nestrasil, Radil; Kubalik, Kovar, Gulas; Birner, Lev, Repik; Zatovic, Horak, Klepis.

Suisse: Senn; Untersander, Marti; Du Bois, Loeffel; Fora, Maurer; Genazzi; Praplan, Haas, Hollenstein; Baltisberger, Schäppi, Scherwey; Ambühl, Corvi, Moser; Herzog, Suter, Hofmann; Rüfenacht.

Notes: la Suisse sans Kreis (surnuméraire). Temps mort: Suisse (59e), République tchèque (60e). La Suisse joue sans gardien dès 58'38.

(nxp/ats)