Ski alpin

04 février 2017 21:54; Act: 04.02.2017 22:50 Print

Pour Miller, Vonn sans espoir contre les hommes

L'Américain Bode Miller estime que sa compatriote qui veut courir contre les hommes en descente, n'a aucune chance sur «des pistes techniques comme Kitzbühel, Wengen, Bormio et Val Gardena».

storybild

Depuis plusieurs années, Vonn souhaite se mesurer à ses homologues masculins sur sa piste fétiche de Lake Louise (Canada), sans grande difficulté technique. (Photo: Keystone/AP/Domenico Stinellis)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je crois qu'elle ne rejoindrait même pas à l'arrivée, et si elle y parvenait, ce serait avec des kilomètres (sic) de retard», indique le double lauréat de la Coupe du monde (2005/2008) au site TV de La Gazzetta dello Sport.

«Certes, sur une piste facile, avec ses qualités de glisse, elle serait toute proche (des hommes», consent Miller, en vacances avec sa famille dans les Dolomites italiennes, avant de rejoindre St Moritz (Suisse) où il commentera les Championnats du monde de ski alpin (7-19 février) pour la chaîne américaine NBC.

De retour d'une énième blessure, Vonn, âgée de 32 ans, a remporté fin janvier la descente de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), sa 77e victoire sur le circuit majeur, désormais à neuf succès du record absolu du Suédois Ingemar Stenmark, roi du slalom et du géant dans les années 70-80.

Depuis plusieurs années, Vonn souhaite se mesurer à ses homologues masculins sur sa piste fétiche de Lake Louise (Canada), sans grande difficulté technique.

Pour sa part, Miller explique qu'il n'est pas sûr de reprendre la compétition pour une dernière saison 2017-2018, celle des Jeux d'hiver en Corée du Sud.

«J'aurai alors 40 ans. Les entraînements sont exigeants et je dois comprendre comment mon corps réagira. On voit des plus que trentenaires très compétitifs, mais pas de quarantenaire», note le sextuple médaillé olympique.

Miller n'a plus couru depuis les Mondiaux de Vail (Colorado) où il s'était blessé en février 2015. Son ancien équipementier lui a en effet interdit de courir sur la marque Bomber dont Miller est propriétaire.

(afp)