Mondiaux de Saint-Moritz

12 février 2017 12:36; Act: 12.02.2017 12:36 Print

Le titre pour Stuhec, les Suissesses battues

Les Suissesses ne sont pas parvenues à faire oublier Lara Gut dimanche à St-Moritz. Elles n'ont pas démérité, mais sans pouvoir jouer le podium d'une descente remportée par la Slovène Ilka Stuhec.

storybild

La Slovène à l'arrivée de la descente. (Photo: Keystone/Alexandra wey)

Sur ce sujet
Une faute?

Lara Gut blessée, la Suisse misait beaucoup sur Fabienne Suter, rapide à l'entraînement durant la semaine (2 fois 2e) et qui semblait mûre pour s'offrir enfin une première médaille. Las, comme toujours dans les rendez-vous majeurs, la Schwytzoise n'a pas pu confirmer les attentes placées en elle, se contentant de la 7e place.

Pour ses septièmes (et derniers ?) Mondiaux, Fabienne Suter n'a jamais été à la lutte avec les meilleures. A sa décharge, elle est sans doute partie trop tard avec son dossard 11, lors d'une course favorable aux petits numéros. Pénalisée sur la partie de glisse, la skieuse de Sattel n'a pas réussi à se refaire dans le secteur technique, là où elle aurait justement dû aller chercher sa médaille.

Devant plus de 40'000 spectateurs, dont un certain Roger Federer, Michelle Gisin s'est classée juste derrière sa coéquipière au 8e rang. Auréolée de sa médaille d'argent du combiné, et malgré un dossard très défavorable (le 28), l'Obwaldienne a réussi une nouvelle performance bluffante dans une discipline qui n'est pas la sienne. Un peu plus loin, la néophyte Jasmine Flury a pris une encourageante 12e place. Seule Corinne Suter a vraiment déçu en échouant hors du top 15.

Tout devant, Ilka Stuhec a confirmé avec brio son statut de favorite. No 1 mondiale de l'hiver en descente en Coupe du monde, intouchable durant la semaine à l'entraînement, la Slovène a été à la hauteur de l'événement pour s'offrir son premier titre mondial.

Pas irréprochable dans le secteur technique, Ilka Stuhec a fait un malheur «à la glisse» sur le haut et dans les derniers hectomètres du parcours. De quoi donner une touche suisse à ce succès, la Slovène skiant sur une marque helvétique (Stöckli), qui s'est avérée très efficace dimanche sur la neige grisonne.

Succédant au palmarès à sa compatriote Tina Maze, sacrée reine de la descente en 2015 à Beaver Creek, Ilka Stuhec a devancé de 40 centièmes l'Autrichienne Stephanie Venier, étonnante médaillée d'argent.

Le podium a été complété par l'insubmersible Lindsey Vonn. Fragilisée par ses chutes récentes, contrainte de scotcher son poignet au bâton (conséquence d'une fracture de l'humérus en novembre) et loin de sa forme optimale, l'Américaine a prouvé une énième fois qu'elle était une skieuse d'exception. Venue à St-Moritz pour remporter au moins une médaille, la skieuse de Vail a réussi son pari.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • willy bert le 12.02.2017 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    biker

    on se console comme on peut elle à gagné sur des ski suisse

  • Vincent le 12.02.2017 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cocorico

    Nous sommes tombé dans le cocorico français en comptant déjà nos médailles. Les courses d'un jour se gagnent à l'arrivée et souvent par des coureurs d'un jour les exemples sont multiples. Nos journalistes sportifs ne sont plus aussi réalistes que toutes les sommités de l'ancienne tsr Eux savaient analyser et tempérer Le meilleur du jour à gagné vive le sport

Les derniers commentaires

  • willy bert le 12.02.2017 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    biker

    on se console comme on peut elle à gagné sur des ski suisse

  • Vincent le 12.02.2017 13:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cocorico

    Nous sommes tombé dans le cocorico français en comptant déjà nos médailles. Les courses d'un jour se gagnent à l'arrivée et souvent par des coureurs d'un jour les exemples sont multiples. Nos journalistes sportifs ne sont plus aussi réalistes que toutes les sommités de l'ancienne tsr Eux savaient analyser et tempérer Le meilleur du jour à gagné vive le sport