Snowboard

24 janvier 2017 05:43; Act: 26.01.2017 09:55 Print

«Je n’ai jamais dit vouloir arrêter les JO après 2018»

par Oliver Dufour, Laax - Iouri Podladtchikov s’est confié à «20 minutes» le week-end dernier en marge du Laax Open. Voici le premier volet de l’entretien.

storybild

Le Zurichois de 28 ans pense même aller jusquaux Jeux olympiques dhiver de 2022, à Pékin. (Photo: Keystone/Manuel Lopez)

Sur ce sujet
Une faute?

Le freestyler zurichois (28 ans) est de retour au meilleur niveau à un an des JO de PyeongChang (Corée du Sud). Alors que beaucoup d’observateurs ont estimé que le champion olympique de Sotchi 2014 tirerait sa révérence après 2018, I-Pod corrige le tir.

Après Laax, avec quelles ambitions allez-vous aux X-Games, qui se déroulent le week-end prochain?
Je me réjouis d’aller à Aspen (USA). Mon but là-bas serait de pouvoir poser une fois le run complet que je voudrais présenter lors des prochains Jeux.

Avec quelles nouveautés?
Sur ma dernière figure, j’espère pouvoir réussir comme ici une figure que je travaille depuis Nouvel An. Il s’agit du double backside alley-oop rodeo, que seule une autre snowboardeuse avait jusqu’ici déjà posé en compétition. C’était Elena Hight, en 2013 à Aspen (ndlr: voir vidéos ci-dessous).

Quelle est la particularité de cette figure?
Tout est dans la rotation, qui s’effectue vers l’amont, alors que vous êtes en train de descendre. Ce n’est pas facile. J’espère l’entraîner assez pour être prêt dans un an et pouvoir le sortir en dernier, juste après mon YOLO-flip.

Ce qui vous placerait position de force dans un run olympique?
Ça pourrait me faire gagner. Ou pas. Ça sera très intéressant. Aux Jeux, on ne dispose que de deux runs au lieu de trois, donc on n’a pas le droit de se planter. Une chute est la pire des choses. Il faut tout plaquer coûte que coûte.

Le niveau général va-t-il encore augmenter d’ici-là?
Celui de la constance en tout cas. On l’a déjà vu ce week-end. Je n’ai jamais vu autant de runs sans faute durant une semaine de compétition. Aux Jeux, la technique n’est pas toujours la plus élevée, mais à Sotchi c’était quand même le combo le plus dur que j’avais jamais enchaîné.

Des idées pour ce que vous ferez ensuite?
Je ne sais pas d’où vient l’affirmation que j’arrêterai après. Je n’ai jamais dit qu’il s’agirait de mes derniers JO! J’ai même fait la revendication le mois dernier que si je posais mon fameux enchaînement en Corée, j’irais à coup sûr à Pékin en 2022.

Le double backside alley-oop rodeo, la nouvelle figure d'I-Pod

La snowboardeuse hawaïenne Elena Hight avait été la première à poser ce trick en compétition, en 2013

Retrouvez mercredi la deuxième partie de l'entretien avec Iouri Podladtchikov.