JO 2026

25 juillet 2017 00:14; Act: 25.07.2017 07:58 Print

Calgary face à l'équation financière des jeux

La candidature de la ville canadienne pour l'accueil des jeux d'hiver 2026 est «réalisable», mais est-elle prudente ?

storybild

Image d'archive - Calgary avait déjà acceuilli les jeux d'hiver en 1988. La ville attend encore quelques réponses sur les possibles financements pour confirmer sa candidature pour 2026. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La candidature de Calgary aux Jeux d'Hiver 2026 reste soumise à beaucoup d'incertitudes financières et le conseil municipal attend des éclaircissements des responsables olympiques avant de s'engager.

Lundi, le conseil municipal a passé en revue les recommandations du groupe d'évaluation de la candidature de la ville de l'ouest canadien qui a déjà été l'hôte des épreuves hivernales des JO en 1988. Si l'organisation des Jeux est «réalisable», le Comité d'évaluation de la candidature de Calgary (CBEC) a passé en revue toute une série de conditions préalables pour déterminer si «cette candidature de Calgary est prudente».

Le CBEC avait estimé il y a une semaine qu'il manquait environ 1,2 milliard de dollars pour équilibrer le budget prévisionnel d'une organisation des Jeux, et se reposait sur une aide des pouvoirs publics.

Le CBEC a lundi estimé que la facture de 4,6 milliards de dollars pourrait être allégée avec l'aide du Comité international olympique (CIO) et la reconnaissance de son président Thomas Bach que la charge était souvent trop lourde pour les villes.

Quand de moins en moins de villes sont prêtes à franchir le pas, Thomas Bach a reconnu en mai que «la procédure de candidature est (...) devenue trop onéreuse pour les villes candidates potentielles».

Economies possibles

Le CIO a assuré au CBEC que le budget initial n'avait pas pris en compte «la nouvelle approche dans l'organisation des Jeux» et qu'en «affinant le calendrier opérationnel, il existe des opportunités pour de significatives économies».

Avec cet encouragement, le CBEC croit que la facture finale pourrait être réduite pour les contribuables canadiens.

En revanche, les gouvernements fédéral et provincial devront nécessairement participer au financement car «la ville à une capacité d'endettement limitée et il serait difficile pour la Ville d'engager une dette additionnelle à l'égard des Jeux».

Lors du débat public lundi, les conseillers municipaux de Calgary ont manifesté leur réticence à s'engager sur une candidature sans avoir toutes les clés nécessaires. «Il n'est absolument pas question de dire oui (lundi), il y a bien trop d'incertitudes et nous avons besoin d'avoir un meilleur aperçu» du dossier, a résumé le conseiller Andre Chabot.

Outre Calgary, les villes de Sion (Suisse), Innsbruck (Autriche) et Stockholm (Suède) ont manifesté leur intérêt pour le rendez-vous olympique de 2026.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.