Snowboard

21 janvier 2017 19:44; Act: 21.01.2017 20:46 Print

I-Pod: «Il y avait un niveau de psychopathe!»

par Oliver Dufour, Laax - Troisième de l’épreuve de Coupe du monde de half-pipe au Laax Open, samedi, Iouri Podladtchikov a savouré son retour sur le podium en Suisse.

storybild

Il y avait un peu de frustration, mais beaucoup de joie pour Iouri Podladtchikov sur le podium du Laax Open. (Photo: Keystone/Manuel Lopez)

Sur ce sujet
Une faute?

Debout sur l’estrade aux côtés du vainqueur américain Chase Josey et de son dauphin australien Scotty James, Iouri Podladtchikov s’en est donné a cœur joie au moment de la douche au champagne. Après avoir copieusement rincé le visage de Josey, qui a par ailleurs assuré avoir réussi le meilleur run de sa vie, le rider zurichois a enlacé son adversaire avec un sourire s’étirant d’une oreille à l’autre. Durant de longues minutes après la cérémonie, le champion olympique de Sotchi s’est ensuite prêté avec autant de bonne humeur et de simplicité aux innombrables demandes d’autographes et autres selfies dont il a fait l’objet. «I-Pod» a même pris le temps de souhaiter un bon Nouvel An chinois sur une chaîne de l’Empire du Milieu après avoir répondu à une courte interview.

Au moment d’analyser enfin sa prestation de l’après-midi, le Zurichois de 28 ans a confié qu’il y avait à la fois du bon et du moins bon à retenir d’une épreuve grisonne qui avait volé extrêmement haut, malgré de nombreuses chutes (une pour Podladtchikov, deux chacun pour ses compatriotes Jan Scherrer (4e) et Pat Burgener (8e). «Il y avait un niveau de psychopathe! Ça n’avait pas été aussi élevé depuis très longtemps», a estimé l’inventeur du YOLO-flip. «En ce qui me concerne, je suis très heureux d’une chose, c’est que je voulais absolument poser ma dernière figure (ndlr: un alley oop double rodeo nose) et que ça a parfaitement fonctionné. Pour tout le reste, c’était très compliqué. J’ai eu des difficultés que je n’avais pas connues de toute la semaine. L’échauffement matinal s’est très mal passé. Et j’ai peiné à tout mettre en place durant l’épreuve, malheureusement. Mais finir sur le podium malgré ça me rend heureux quoi qu’il en soit.»

«Avec mon run réussi, j'aurais gagné certaines compétitions»

Y avait-il une raison de vivre une journée un peu plus frustrante que prévu? «Cette une bonne question, a admis Podladtchikov. C’est la raison pour laquelle on analyse absolument tout sans arrêt. Chaque pipe et toutes les conditions atmosphériques sont différentes. Cette fois, le tube était magnifique. Il allait tellement vite, mais pour certaines figures c’était plus compliqué. J’étais très contrarié aujourd’hui parce que le double back que j’avais réussi à Copper Mountain (ndlr: aux USA, où il avait fini deuxième le mois dernier) n’a simplement pas passé. Il n’y avait pas de flow, alors que ça doit marcher tout le temps. Ça me donne quelque chose à travailler en vue des X-Games». Le Zurichois et quelques-uns des meilleurs freestylers de la planète seront en effet en lice dans la célèbre compétition disputée le week-end prochain à Aspen.

Pour Pat Burgener, qui s’envolera aussi dimanche pour le Colorado, la déception d’une finale manquée n’a pas réussi à entacher sa belle semaine. «Pour moi ça s’est malgré tout très bien passé. C’est une semaine de rêve et j’étais déjà très content d’être en finale. Avec le run que j’ai réussi, il y a certaines compétitions où j’aurais gagné. C’est comme ça, c’est le freestyle et j’adore ça». Le Vaudois de 22 ans aurait aimé pouvoir poser son nouveau switch backflip 1000 double cork dans le «superpipe» de Laax, mais il n’y est pas parvenu. «Le pipe est très incliné, ce qui rend ce genre de figure compliquée à réaliser, mais de toute façon je suis tombé sur le saut précédent dans mon dernier run. Aux X-Games, je vais tenter de faire mieux. J’aimerais vraiment parvenir à y compléter le run que je compte présenter durant les Jeux olympiques l’hiver prochain», a confié le Lausannois.

Découvrez l’interview vidéo de Pat Burgener ci-dessous. La semaine prochaine, vous pourrez également retrouver une interview intégrale de Iouri Podladtchikov.