Ski alpin

27 novembre 2017 22:40; Act: 27.11.2017 22:47 Print

«On a tous demandé à vite retourner sur la neige»

par Stéphane Combe - Deux semaines après le décès accidentel de David Poisson, les descendeurs français se sont livrés à cœur ouvert.

storybild

Leader de léquipe tricolore de vitesse, Adrien Théaux a été le premier à rompre le silence. (Photo: AFP/don Emmert)

Sur ce sujet
Une faute?

Le choc a été si terrible que ses coéquipiers s’étaient jusque-là murés dans le silence. David Poisson, décédé le 13 novembre après avoir heurté un arbre lors d’un entraînement à Nakiska (Can), était l’un des sourires de la bande. La fin des épreuves masculines de Lake Louise, à une centaine de kilomètres de là, a coïncidé avec les premières déclarations dans l’équipe.

C’est Adrien Théaux qui a ouvert son coeur le premier et raconté la douleur ressentie. «Skier nous fait du bien», a-t-il expliqué, justifiant la décision des descendeurs tricolores de s’aligner au départ malgré le drame. «Les courses ont été plus difficiles à gérer que les entraînements. Le premier départ m’avait énormément soulagé.» Mais chacun des compagnons de la victime a vécu cette période à sa manière. «Nous n’avons pas tous réagi de la même façon. Nous n’avons pas vécu nos moments de «bas» en même temps. On a donc pu s’aider.»

Concernant une éventuelle appréhension, Théaux ne s’en cache pas: le fait que Lake Louise offre un tracé moins exigeant a contribué à leur décision de s’aligner. «On a tous demandé à vite retourner sur la neige. C’est ce qu’on sait faire de mieux et on en avait besoin. Si on attend trop longtemps, c’est là qu’apparaissent de petits blocages.» Les hommages à Poisson se sont multipliés ces derniers jours, tant dans le cadre de la Coupe du monde que dans la Savoie natale du jeune papa décédé à l’âge de 35 ans.