Ski alpin

10 mars 2018 10:58; Act: 10.03.2018 18:50 Print

Feuz, deuxième à Kvitfjell, se rapproche du globe

Le Bernois ne s'est fait souffler la victoire que par l'Allemand Thomas Dressen lors de la descente en Norvège.

storybild

Beat Feuz n'a rien perdu de sa verve à Kvitfjell. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Beat Feuz a fait un pas supplémentaire vers le globe de descente. Le Bernois a pris la 2e place à Kvitfjell, derrière l'Allemand Thomas Dressen mais juste devant son grand rival de l'hiver, Aksel Lund Svindal.

Avant l'ultime descente de la saison, mercredi prochain à Are, Beat Feuz bénéfice d'une marge de 60 points sur le Norvégien. Une avance confortable qui lui permettra de se contenter d'une 6e place en Suède pour s'offrir le premier globe de sa carrière, le premier aussi d'un Suisse depuis le sacre de Didier Cuche en 2011 en descente et super-G.

Inséparables

Revenu des JO de Pyeongchang avec deux médailles - argent en super-G, bronze en descente -, Beat Feuz n'a rien perdu de sa verve à Kvitfjell, l'une de ses pistes fétiches, théâtre de sa première victoire en Coupe du monde en mars 2011. Sept ans après, l'Emmentalois n'est pas parvenu à remettre ça. La faute à Thomas Dressen qui, comme à Kitzbühel en janvier, est venu lui souffler un succès qui lui semblait promis.

Battu d'un rien par l'Allemand (0''08), Beat Feuz a toutefois assuré l'essentiel en devançant Aksel Lund Svindal, là aussi de très peu (0''09). Un Bernois et un Norvégien qui, décidément, sont inséparables cet hiver. La preuve, si l'on cumule les écarts des deux hommes sur les neuf premières descentes de la saison, JO compris, on arrive à une avance de... deux centièmes en faveur de Beat Feuz.

Cette rivalité, qui est aussi un duel de style - la puissance pour le Norvégien, la légèreté pour le Bernois -, trouvera donc son épilogue mercredi à Are. Et au vu de la régularité affichée depuis plusieurs mois par Beat Feuz, il sera très difficile de le priver du globe.

Svindal résigné

Même Svindal a reconnu qu'il ne se faisait plus trop d'illusions. «Je dois m'en remettre à une grosse erreur de sa part. Mais je n'y crois pas vraiment. Il a été tellement constant cet hiver que je ne le vois pas quitter le top 5 à Are», a estimé le Norvégien.

Avec six podiums cet hiver en descente en Coupe du monde, et une 8e place comme seule «contre-performance», Beat Feuz débarquera en effet en position de force à Are, même s'il préfère rester très prudent. «Je ne suis de loin pas rassuré. Aksel va se battre jusqu'au bout, et il trouvera à Are une piste qu'il adore, ce qui n'est pas vraiment mon cas», a-t-il souligné au sujet de la piste suédoise.

Beat Feuz n'a même jamais disputé la moindre course à Are, où il est allé s'entraîner avant de rejoindre Kvitfjell. Svindal a, lui, remporté les trois descentes qu'il a disputées sur cette piste. «C'est le boss à Are, on l'a encore tous vu la semaine dernière à l'entraînement», a prévenu le coureur de Schangnau.

Küng ne verra pas Are

No 2 suisse de la descente, Mauro Caviezel s'est aussi bien débrouillé samedi à Kvitfjell en prenant la 6e place. Comme trop souvent cet hiver, les autres descendeurs helvétiques ont déçu. Seuls Gilles Roulin (26e) et Urs Kryenbühl (28e) ont marqué quelques points.

Champion du monde en descente en 2015, mais à la rue cet hiver, Patrick Küng a sombré au 35e rang. Le Glaronais a été éjecté du top 25 en Coupe du monde de la discipline, ce qui le prive des finales d'Are.

(nxp/ats)