Dopage russe

07 décembre 2017 10:59; Act: 07.12.2017 14:32 Print

Samuel Schmid: «Je n'ai pas peur de Poutine»

L'ancien conseiller fédéral a dirigé l'enquête du CIO sur le dopage russe au JO de Sotchi en 2014. Résultat: la Russie a été exclue des JO de Pyeongchang de 2018.

storybild

Samuel Schmid s'est rappelé au bon souvenir de la Suisse. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Suisse a joué un rôle prépondérant dans la décision du Comité international olympique (CIO) d'exclure la Russie des Jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang. L'ancien conseiller fédéral Samuel Schmid dirigeait en effet la commission d'enquête sur le dopage russe, dont les conclusions ont été suivies par Thomas Bach, le président du CIO.

«Nous avons constaté que le dopage russe était une opération systématique en prévision des JO de Sotchi, avec une implication de milieux gouvernementaux très élevés», a expliqué le Bernois dans une interview au Blick. Mais il lui a été impossible de mettre directement en cause le maître du Kremlin, Vladimir Vladimirovitch Poutine.

Des Russes peu coopératifs

Tout au long de son enquête, Samuel Schmid ne s'est jamais senti menacé. «Je n'ai pas peur de Poutine mais nous n'étions pas des naïfs», a-t-il ajouté, précisant que des mesures de sécurité avaient été prises pour éviter les tentatives d'espionnage ou de piratage des travaux de la commission.

La collaboration avec les Russes a toutefois été «très difficile», puisqu'ils ne répondaient jamais aux lettres et aux invitations. La nouvelle célébrité du Bernois ne lui monte pas à la tête. Pas question d'un «comeback» sur la scène politique suisse. «Ma mission est remplie et je n'ai pas d'autres engagements. Mais je n'aurai sûrement pas le temps de m'ennuyer.»

(smk/nxp)

Les commentaires les plus populaires

  • Rigolo le 07.12.2017 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui bien sûr

    Parce que Schmid fait peut-être peur à quelquun?

  • La Loi C La Meme le 07.12.2017 14:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien

    Bravo ! Les preuves sont là. Comme pour lélection de trump, les preuves sont là aussi, et elles parleront.

  • David le 07.12.2017 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    attention

    tu devrais...

Les derniers commentaires

  • SocialWorker le 08.12.2017 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bidon

    Rien nest réellement prouvé, on comprendra plus tard le pourquoi de cet acharnement. A quand une enquête sur le sport occidental ? Et sur les SwissPapers ?

    • Candide le 08.12.2017 10:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @SocialWorker

      Et sur le dopage US ?

  • Le Petit OURs le 07.12.2017 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une grossière erreurs de Jugement!! j'espère pour

    Je comprends mieux pourquoi ce résultat. Il est facile de manipuler une personne qui ne connait rien en médecine, chimie, pharma, Et standards de loi sur l'antidopage. ( sans preuves solides aucune sanction). Hors beaucoups d'athlètes ne connaissent pas Rotchenkov et le pire les moments ou Rotchenkov a dit qu'ils étaient en consultations en réalités ils étaient en compétition , interview ou assemblée. des temoins sont citable sans problème. Pourquoi WADA ne vérifie pas ces information et Samuel Schilmid? Ils ont fait une énorme érreure. Un jugement sans preuves Solides ! Si quelqu'un a des preuves solides je veux bien les voir. Mais déjà 3 ans et toujours rien de solide. Même Fourcad il le dit!!! le biathlète Français.

  • Larussie le 07.12.2017 15:42 Report dénoncer ce commentaire

    Crokette

    Mais il faut pas qu il s'inquiète, lui aussi il fait pas peur a Poutin. Je pense que peux de monde lui font peur lollll

  • Rigolo le 07.12.2017 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui bien sûr

    Parce que Schmid fait peut-être peur à quelquun?

  • La Loi C La Meme le 07.12.2017 14:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien

    Bravo ! Les preuves sont là. Comme pour lélection de trump, les preuves sont là aussi, et elles parleront.