Ski alpin

09 novembre 2017 11:04; Act: 09.11.2017 11:10 Print

Wendy Holdener doit déboulonner Shiffrin

La Coupe du monde reprend ce week-end à Levi. Et la Schwytzoise a hâte de débuter la saison de slalom.

storybild

Wendy Holdener. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux semaines après une ouverture tronquée à Sölden, où le géant masculin avait dû être annulé, deux slaloms sont programmés samedi (dames) et dimanche (messieurs) en Finlande.

Pour l'équipe de Suisse, c'est l'occasion de fêter son premier podium de l'exercice, sachant qu'elle alignera l'une des filles les plus attendues du week-end: Wendy Holdener. La Schwytzoise ne pouvait pas mieux entamer son hiver à Sölden, où elle a réussi, et de loin, le meilleur géant de sa carrière (6e). La voilà désormais de retour en slalom, sa discipline de coeur, celle où elle a été vice-championne du monde la saison dernière à St-Moritz et no 3 mondiale en Coupe du monde.

Si sa réputation n'est plus à faire entre les piquets serrés, son palmarès affiche néanmoins une sacrée lacune, la skieuse d'Unteriberg n'ayant encore jamais remporté le moindre slalom en Coupe du monde. La faute surtout à Mikaela Shiffrin, qui confisque quasiment tous les slaloms auxquels elle participe depuis quatre ans. L'Américaine sera-t-elle encore imbattable cet hiver ? A Wendy Holdener de prouver le contraire, dès samedi à Levi.

En l'absence de la Slovaque Veronika Velez Zuzulova, no 2 mondiale en slalom mais blessée à un genou, d'autres skieuses vont tenter de renverser Mikaela Shiffrin. Cela pourrait être le cas, pourquoi pas, de Mélanie Meillard. Le grand espoir du ski suisse (19 ans) a en tout cas les moyens de s'installer rapidement sur les podiums. En une seule saison parmi l'élite, la Neuchâtelo-Valaisanne a bondi au 10e rang mondial du slalom. Et ce n'est pas sa mésaventure de Sölden - elle était 7e en première manche avant de chuter - qui va freiner ses ardeurs.

La prudence est davantage de mise pour Michelle Gisin, le troisième atout suisse en slalom. L'Obwaldienne s'est blessée fin octobre au genou droit (déchirure d'un ligament interne), et il est déjà presque miraculeux de la retrouver au départ à Levi.

Huit ans d'attente

Du côté des messieurs, c'est en Finlande que va s'ouvrir la saison, l'étape de Sölden ayant été annulée en raison d'un vent trop violent. Une première que la Suisse aborde avec quelques outsiders dans ses rangs, mais aucun grand favori. Et pour cause, le slalom helvétique n'est plus monté sur un podium depuis bientôt huit ans ! (Silvan Zurbriggen 2e à Schladming en janvier 2010).

La traversée du désert pourrait toutefois s'achever cette saison, plusieurs slalomeurs helvétiques arrivant à maturité. C'est le cas du métronome Daniel Yule, souvent placé mais encore jamais tout devant. Ou du champion du monde du combiné Luca Aerni, qui ne devrait pas tarder à confirmer son titre de St-Moritz. Aux deux Valaisans de 24 ans, il faut ajouter Loïc Meillard (20 ans) qui, tout comme sa soeur, a le potentiel pour devenir l'un des meilleurs slalomeurs du monde. Reto Schmidiger et Ramon Zenhäusern constituent aussi des cartes intéressantes dans cette équipe de Suisse, qui ne demande qu'à investir les avant-postes.

Hirscher très incertain

Ce premier slalom de l'hiver devrait se dérouler sans le patron du circuit, Marcel Hirscher. L'Autrichien, qui s'est fracturé une cheville en août, s'est lancé dans un contre-la-montre pour participer à Levi. Mais aux dernières nouvelles, les douleurs ressenties ces derniers jours à l'entraînement devraient l'inciter à ajourner son come-back.

En sa probable absence, le rôle de favori devrait échoir au Norvégien Henrik Kristoffersen, l'autre grand dominateur du slalom depuis deux saisons.

(nxp/ats)