US Open

08 septembre 2017 09:57; Act: 08.09.2017 10:05 Print

Carreno Busta-Anderson, l'improbable demi-finale

L'Espagnol Pablo Carreno Busta et le Sud-Africain Kevin Anderson vont disputer leur première demi-finale en Grand Chelem.

storybild

Pablo Carreno Busta est conscient d'avoir eu beaucoup de chance depuis son arrivée à New York. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la première fois dans leur carrière, l'Espagnol Pablo Carreno Busta et le Sud-Africain Kevin Anderson vont disputer vendredi soir à New York, dès 22 heures en Suisse, une demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem, au terme d'une quinzaine pleine de surprises.

A 26 ans, Carreno Busta est conscient d'avoir eu beaucoup de chance depuis son arrivée à New York et de se retrouver dans une situation peut-être unique dans sa carrière: «J'ai eu un bon tableau, en jouant mes quatre premiers matches contre des qualifiés», a admis l'Espagnol, 19e mondial. «Mais encore faut-il en tirer avantage, je suis très content de mon tournoi, même si je n'ai pas encore affronté un joueur du top 10 ou même du top 20 mondial», s'est-il défendu.

Plutôt spécialiste de la terre battue, Carreno Busta avait jusque là pour fait de gloire son quart de finale à Roland-Garros en juin dernier et sa finale perdue dans le tournoi de double messieurs de l'US Open 2016. Mais s'il a été servi par le tirage au sort et surtout par les déconvenues des principales têtes de série dans sa partie de tableau (Alexander Zverev, Marin Cilic, Grigor Dimitrov), il a réalisé un sans-faute jusque là et n'a pas encore perdu un seul set.

«Je ne veux pas m'arrêter là»

Son adversaire revient de loin: après deux saisons perturbées par des blessures, Kevin Anderson, ancien N.10 mondial, désormais 32e à l'ATP, est le premier Sud-Africain en demi-finales d'un Grand Chelem depuis Wayne Ferreira en 2003 à Wimbledon. «Me retrouver en demi-finales était l'un de mes objectifs de carrière, mais ce n'est pas fini, je suis encore dans le tournoi et je ne veux pas m'arrêter là», a prévenu le longiligne (2,03 m) et puissant serveur.

Au bilan de leurs confrontations, Anderson mène par deux victoires à zéro, la dernière le mois dernier durant le Masters 1000 de Montréal (6-3, 7-6 (10/8)). «C'était un match difficile avec beaucoup de vent, mais il est en confiance, il réussit une belle année, cela va être une belle demi-finale», a prévenu le Sud-Africain.

Le vainqueur sera opposé dimanche en finale soit à l'Espagnol Rafael Nadal, N.1 mondial, soit à l'Argentin Juan Martin del Potro (N.28) et n'aura pas les faveurs des pronostics, ce dont s'accommode très bien Carreno Busta, habitué à être dans l'ombre de Nadal. «C'est plus facile pour nous (en Espagne) quand toute l'attention et la pression sont sur Rafa», a-t-il souligné.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.