Tennis

18 février 2018 16:57; Act: 18.02.2018 18:45 Print

97e titre pour Federer en moins d'une heure

Le Bâlois, qui sera de retour au sommet du classement mondial lundi, a remporté la finale du tournoi de Rotterdam.

storybild

Roger Federer n'en finit pas d'écrire l'Histoire. (Dimanche 18 février 2018) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

2018 rime toujours avec perfection pour Roger Federer ! Titré à Melbourne, le Bâlois a enlevé la finale de Rotterdam pour remporter le 97e tournoi d'une carrière qui ne finit pas d'être fabuleuse.

Un adversaire inexistant

Deux jours après avoir gagné le match qui lui assurera de retrouver la première place mondiale, l^homme aux 20 titres du Grand Chelem s'est imposé 6-2 6-2 en moins d'une heure devant le Champion du Masters Grigor Dimitrov.

Le Bulgare a tenu le score jusqu'à 2-2 avant de vivre un véritable cauchemar. A la fois dans un mauvais jour et désarmé devant la maîtrise du joueur qu'il s'efforce de «copier» depuis des années, Grigor Dimitrov n'a plus «existé» dans cette finale. Il a perdu six jeux de suite pour être mené 6-1 2-0. Il a très vite compris que ce n'est pas à Rotterdam qu'il allait enfin battre Roger Federer. Il s'est incliné pour la septième fois en sept rencontres devant le Bâlois.

Plus fort que jamais

On ne le répètera jamais assez: Roger Federer semble plus fort que jamais à 36 ans et demi. Cette victoire à Rotterdam où il s'impose pour la troisième fois après ses succès en 2005 et 2012 devrait le pousser à «chasser» un record que l'on a longtemps cru hors de sa portée. On veut parler des 109 titres de Jimmy Connors sur le Circuit.

Il lui en manque donc douze pour l'égaler et treize pour le battre. Pragmatique, Roger Federer sera peut-être tenté d'aménager son calendrier pour se donner toutes les chances de marcher sur les traces de «Jimbo». Comme il l'a fait cette semaine à Rotterdam avec ce choix de jouer un tournoi qu'il ne devait en principe pas jouer pour ravir le fauteuil de no 1 à Rafael Nadal.

Ainsi, il a laissé une porte ouverte quant à sa présence à la fin du mois au tournoi ATP 500 de Dubaï qu'il a déjà gagné à sept reprises. Quant à la saison sur terre battue, tout est également ouvert après l'impasse qu'il avait faite en 2017. "Je déciderai de jouer ou non sur terre battue après le Masters 1000 de Miami, dit-il. Si je rejoue à nouveau sur terre, il est évident qu'il s'agira d'une saison raccourcie. Après Miami, il entend, ainsi dans un premier temps, se consacrer à sa fondation avec un voyage prévu en Zambie.

(nxp)